La Mélodie du bonheur à Granby en 2016

La productrice de La Mélodie du bonheur, Sylvie... (Janick Marois, La Voix de l'Est)

Agrandir

La productrice de La Mélodie du bonheur, Sylvie Pellerin, et celle qui interprétera le personnage de Maria, Janie Lefebvre.

Janick Marois, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabel Authier
Isabel Authier
La Voix de l'Est

(Granby) La simple évocation de La Mélodie du bonheur suffit à faire naître de doux souvenirs. Le public pourra replonger dans cette ambiance bon enfant l'automne prochain, alors qu'une version granbyenne de la comédie musicale prendra l'affiche chez nous.

«C'est ma comédie musicale préférée! Et l'idée de travailler avec des enfants me plaît beaucoup», lance la mezzo-soprano Sylvie Pellerin, qui dirige l'école de chant L'Espace-Voix et porte ce projet à bout de bras.

On sait déjà que la pièce sera jouée les 21, 22 et 23 octobre 2016 à l'église St-George de Granby. «Pourquoi cet endroit? Pour la salle et pour l'ambiance. Surtout pour le décor de couvent», explique la chanteuse, bien consciente que l'espace est un peu restreint pour ce genre de production.

D'autant plus qu'une trentaine de participants - l'appel est lancé aux talents de 7 à 77 ans - seront nécessaires pour former la troupe de La Mélodie du bonheur. Sylvie Pellerin cherche des solistes, des comédiens et des choristes-danseurs - notamment pour former le choeur de religieuses qui déplacera beaucoup d'air.

Les auditions sont prévues les 23, 24, 30 et 31 janvier prochains. La dame attend beaucoup de candidats. Elle ne cache pas, cependant, que le casting sera très important, «car c'est une pièce très exigeante physiquement et vocalement.»

Méthode révolutionnaire

Pour éviter justement de fatiguer ses protégés, la chanteuse lyrique en profitera pour leur faire découvrir la méthode Estill Voice Training, assez nouvelle au Québec, mais déjà éprouvée dans l'univers de la comédie musicale sur Broadway. «Durant la formation, on fera venir des maîtres pour leur enseigner cette méthode. Elle permet de développer les différentes parties de l'appareil vocal, sans avoir à s'époumoner. C'est idéal pour ne pas casser leur voix», assure celle qui chante différemment depuis qu'elle a découvert cette technique créée par Josephine Estill dans les années 80.

La classe de maîtres sera par ailleurs ouverte à tous. «Aux animateurs, aux comédiens, aux chanteurs, mais aussi aux orthophonistes qui peuvent profiter de cette méthode dans leur pratique.»

Sylvie Pellerin a déjà trouvé sa Maria en la personne de Janie Lefebvre, qui chante depuis des années et qui a monté cette pièce plusieurs fois avec des enfants. Elle reconnaît qu'il s'agit pour elle «d'un rôle sur mesure». «Janie chante bien, elle bouge bien et elle a une belle présence sur scène. Elle est parfaite pour ce rôle», confirme Mme Pellerin, qui personnifiera pour sa part la mère supérieure du couvent.

Mise en scène adaptée

Pour la mise en scène de cette oeuvre célèbre, Sylvie Pellerin a fait appel au Granbyen Olivier Chagnon, qu'elle connaissait de nom. «Je n'ai pas hésité longtemps! Je suis un grand amateur de comédies musicales et j'aime beaucoup La Mélodie du bonheur. C'est un classique que tout le monde connaît», affirme le jeune homme, qui n'en est pas à ses premières armes en matière de mise en scène. «J'en ai fait beaucoup, alors je ne ressens pas de stress. Je suis dans ma zone de confort.»

Le défi du chanteur - et professeur de chant - sera principalement dans l'adaptation de l'oeuvre originale. Lui-même tiré d'une comédie musicale, le film mythique de 1965 a souvent été repris au théâtre. «Il faut la raccourcir et faire quelque chose qui n'a pas déjà été fait. Ce sera une adaptation libre dans une formule intime», laisse entendre Olivier.

L'exiguïté de la salle représente également un élément incontournable de la mise en scène. Il lui faudra donc trouver le moyen de combler le plus d'espace possible.

Les décors, fait-il remarquer, devront être «simples, mais efficaces». «On a besoin d'un bel escalier, d'un divan et d'un lit. Le reste sera des projections et des lumières», précise Mme Pellerin.

Quant à la musique, elle proviendra d'une trame sonore avec orchestre symphonique.

Olivier Chagnon fera partie du comité de sélection composé de Sylvie Pellerin et de Janie Lefebvre lors des auditions de janvier. Son travail de metteur en scène commencera à partir du mois d'avril, une fois la formation des chanteurs complétée. «Je vais être avec eux pour les guider dans leurs déplacements et leurs émotions. Je m'occupe aussi des chorégraphies. J'ai hâte!»

Aux dates annoncées pourraient s'ajouter quelques spectacles supplémentaires. Il n'est pas exclu non plus que la troupe transporte sa Mélodie du bonheur ailleurs dans la région.

«Et on aimerait en faire un spectacle à grand déploiement, différent chaque année, avec huit ou neuf mois de répétition», rêve Sylvie Pellerin à voix haute.

Pour prendre part aux auditions, on s'inscrit au spellerin2013@gmail.com ou on compose le 450-577-1556.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer