L'héritage d'Horace Boivin revisité

Une centaine de personnes se sont rassemblées dans... (photo Catherine Trudeau)

Agrandir

Une centaine de personnes se sont rassemblées dans le foyer du Palace pour un «café historique» portant sur Pierre-Horace Boivin, dimanche après-midi.

photo Catherine Trudeau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jonathan Gagnon
La Voix de l'Est

(Granby) Une centaine de personnes se sont rassemblées dans le foyer du Palace pour un «café historique» portant sur Pierre-Horace Boivin, dimanche après-midi.

La grande dame de la culture granbyenne, France Arbour, et la directrice générale de la Société d'histoire de la Haute-Yamaska, Johanne Rochon, ont retracé le parcours de l'un des maires les plus influents de l'histoire de la municipalité.

«Il était tenace, téméraire et avait un charisme extraordinaire. Il n'avait pas peur de faire de grandes choses», a raconté Mme Arbour en ouverture.

L'héritage d'Horace Boivin s'est notamment fait sentir dans le domaine industriel. On dit que le nombre d'entreprises granbyennes a triplé sous sa gouverne, soit entre 1939 et 1963. M. Boivin créera plus tard la fonction de commissaire industriel, un poste qu'il a occupé entre 1969 et 1984.

«C'est quelqu'un qui a été extrêmement important pour le développement industriel local, estime Johanne Rochon. Granby ne serait pas la même aujourd'hui sans toutes ces usines.»

«Il a décidé qu'autour d'une usine, il devait y avoir une église, une école et des gens qui travaillent, ajoute France Arbour. Il a planifié sa ville comme ça (...) Il a fait construire l'hôtel de ville tel qu'il est aujourd'hui. Il a lancé le Zoo, il a cofondé La Voix de l'Est: il était partout!», poursuit-elle.

La liste des fonctions occupées par Horace Boivin - qui a notamment présidé l'Union des municipalités du Québec et la Chambre de commerce du Québec - est aussi longue qu'impressionnante. Délégué du Canada, à l'Union internationale des villes et pouvoirs locaux, il a fortement contribué à faire connaître Granby à travers le globe.

Ses bonnes relations lui auraient d'ailleurs permis d'augmenter rapidement le nombre d'animaux au zoo local.

«Éternel optimiste»

Claude Boivin, le fils d'Horace, s'est fait le porte-parole de la famille dimanche après-midi. Les courts films et documents présentés lui ont permis de revivre de bons moments.

Il a qualifié son défunt père «d'éternel optimiste». «Nous ne l'avons jamais vu parler en mal de quelqu'un. Y compris ses adversaires politiques, même si on sait qu'il n'a pas eu beaucoup d'adversaires politiques!», a-t-il blagué.

«Par ailleurs, son goût du voyage et de l'aventure a fait de nous de meilleurs citoyens du monde.»

Éric Duchesneau, conseiller municipal à la Ville de Granby, a assisté à ce «café historique». Le représentant du district 8 a parlé d'une expérience inspirante. «Ça donne beaucoup d'énergie pour continuer. Si on est capables de faire 10% de ce qu'il a fait, ce serait déjà bien.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer