La voie rêvée de Kevin Bazinet

La pochette du nouvel album de Kevin Bazinet, Talk... (Le Droit)

Agrandir

La pochette du nouvel album de Kevin Bazinet, Talk To Me

Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Couronné à La Voix au printemps, Kevin Bazinet veut, avec son album Talk To Me, faire découvrir et résonner sa «personnalité musicale». Par-delà l'anxiété qui l'a longtemps rongé. «Aujourd'hui, je sais que je peux non seulement avoir des rêves, mais aussi les concrétiser.»

S'il a toujours écrit et composé, Kevin Bazinet a longtemps douté de son talent. L'angoisse le rongeait. L'empêchait de se réaliser.

Pourtant, la musique a de tout temps été sa manière de s'exprimer. D'ailleurs, la dizaine de pièces qu'il signe ou cosigne sur Talk To Me ont été écrites il y a quelques années déjà, «pas pour un album, mais juste pour faire sortir [s] es émotions».

Son passage à La Voix a sans contredit changé sa vie. Et celle de ces pièces, jusque-là perdues dans la mémoire de son ordinateur.

Parce que Kevin Bazinet a appris à se connaître, pendant l'émission. À s'affirmer et se faire confiance. Pour y parvenir, il a pu compter sur son coach Marc Dupré et sa coéquipière Alicia Moffet.

En duo avec Alicia

La jeune femme de 17 ans et lui faisaient tous deux partie de l'équipe Marc Dupré, lors de la dernière saison de La Voix (ils se sont même affrontés, lors de la demi-finale).

Souvent jumelés par leur coach, ils ont lentement mais sûrement développé une complicité musicale. D'où l'idée du duo Surrendered, qu'ils livrent sur Talk To Me.

«À force de travailler ensemble, nous avons réalisé que nous avions des idées pas mal similaires et on a donc revisité mes chansons à deux. C'est d'ailleurs en réécoutant plein de vieilles compositions qu'Alicia m'a convaincu que je ne pouvais plus laisser dormir Insecure, Sans limites et Make Things Change dans mon ordinateur.»

Celle qui, entre-temps, était devenue sa copine, l'a fortement encouragé à les présenter à Marc Dupré et au réalisateur Tino Izzo.

«À la base, ce sont des textes tellement personnels que je n'avais jamais eu l'intention de les faire entendre. Mais Alicia croyait si fort qu'ils avaient leur place sur le disque que j'ai décidé de les partager.»

«J'me bats contre moi-même/J'peux pas m'laisser m'détruire», confie-t-il dans Sans limites.

«C'est vraiment significatif de m'écouter, trois, quatre ans plus tard, avec le recul et, surtout, l'expérience acquise, témoigne-t-il. Aux questionnements de l'époque, je peux maintenant apporter quelques réponses...»

Pendant La Voix, Kevin Bazinet a justement réalisé que le public était très réceptif à son témoignage sur son anxiété.

«Avec ces chansons, j'espère inspirer les gens à eux aussi surmonter leurs peurs. On se limite si facilement dans la vie, alors qu'on peut être plus!»

Or, si le public le connaît lui, il ne connaît pas nécessairement sa musique, où le blues côtoie la pop, le R & B et «un petit côté gospel» qu'il considère comme sa «signature».

«J'adore les choeurs et les harmonies propres au gospel! Il y a quelque chose de naturel, d'émotif et de sincère qui me plaît énormément là-dedans.»

Comme il n'a jamais voulu apprendre à lire la musique de peur que ça ne change sa manière de chanter, Kevin Bazinet ne veut pas voir sa passion se muer en travail. Ce qui ne l'empêche pas d'avoir «très hâte» de monter sur scène, pour défendre ses chansons.

«C'est toutefois stressant, quand même, confie-t-il, entre autres parce que la barre est haute, après La Voix. Ça crée des attentes, que j'espère réussir à combler en étant moi-même, tout simplement.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer