Nathalie Azoulai obtient le prix Médicis

L'écrivaine Nathalie Azoulai.... (Archives Agence France Presse)

Agrandir

L'écrivaine Nathalie Azoulai.

Archives Agence France Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Montréal

L'écrivaine Nathalie Azoulai a remporté jeudi le prix Médicis pour son roman Titus n'aimait pas Bérénice.

La romancière de 49 ans a ainsi été préférée à 10 autres finalistes, dont Hédi Kaddour, lauréat du Grand prix du roman de l'Académie française pour Les prépondérants, et Delphine de Vigan, gagnante du Renaudot pour D'après une histoire vraie.

Dans Titus n'aimait pas Bérénice, Nathalie Azoulai a imaginé un chagrin d'amour contemporain, Titus et Bérénice aujourd'hui, avec une Bérénice quittée, abandonnée, qui cherche à adoucir sa peine en remontant à la source, la Bérénice de Racine. La Bérénice de Nathalie Azoulai veut comprendre comment un homme de la condition de Racine, dans son siècle, coincé entre Port-Royal et Versailles, entre le rigorisme janséniste et le faste de Louis XIV, a réussi à écrire des vers aussi justes et puissants sur la passion amoureuse, principalement du point de vue féminin.

Le prix Médicis 2015 du meilleur roman étranger a quant à lui été décerné à l'écrivain turc Hakan Günday, pour son roman Encore.

Encore, raconte l'histoire de Gazâ, neuf ans, qui vit avec Ahad, son père, sur les bords de la mer Égée. Ahad gagne sa vie en transportant des clandestins entre l'est de la Turquie et la Grèce. En attendant qu'ils soient acheminés par bateau, il les garde chez lui, dans une cave : le «dépôt». Et c'est Gazâ qui est chargé de s'en occuper.

Le prix Médicis - Essai a été remis à Nicole Lapierre pour Sauve qui peut la vie.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer