Une série aux couleurs d'automne

Séquelles, une minisérie de six épisodes réalisée par Louis... (Julie Catudal, Archives de La Voix de l'Est)

Agrandir

Séquelles, une minisérie de six épisodes réalisée par Louis Bélanger et née des romans de Johanne Seymour.

Julie Catudal, Archives de La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une fillette est trouvée sans vie aux abords d'un lac des Cantons de l'Est. Celle qui trouve le corps, l'enquêtrice Kate McDougall, est aussitôt soupçonnée du meurtre. S'ensuit une enquête éprouvante pour celle qui a jadis oeuvré aux crimes majeurs à Montréal, avant de perdre la confiance de ses supérieurs et d'être rétrogradée en région.

Née dans les romans de Johanne Seymour, Kate McDougall empruntera les traits de Céline Bonnier au printemps prochain dans Séquelles à Séries+. Une minisérie de six épisodes aux couleurs d'automne, réalisée par Louis Bélanger et dont le tournage prendra fin mercredi.

Ceux qui ont lu le roman Le cri du cerf, qui a inspiré la série, ne seront pas dépaysés mais découvriront de nouveaux personnages. «Une partie du roman se passe dans la tête du meurtrier, ça aurait été trop compliqué de reproduire ça à l'écran», explique Johanne Seymour, qui a elle-même eu l'idée d'en faire l'adaptation.

Dès qu'il a été question d'une transposition du roman à la télé, elle voyait Céline Bonnier interpréter son personnage, un choix qui a ravi ses fidèles lecteurs. L'interprète de Suzanne dans Unité 9 n'a pas voulu lire les romans de l'auteure, question de s'imprégner de l'orientation que souhaitait donner Louis Bélanger au personnage. «Elle cache un grand pan de sa vie. Toutes ses relations sont teintées de ça. La solitude la fait souffrir», nous a confié Céline Bonnier, entre deux scènes tournées à Lachine, sur ce personnage complexe.

L'équipe ne tarit pas d'éloges sur les beautés des Cantons de l'Est, où ont été tournées la majeure partie des scènes extérieures de la série, notamment au Lac Brome, à Knowlton, Mansonville et Bedford. «En trois semaines de tournage là-bas, nous sommes passés du vert tendre au rouge vif dans les arbres. Ça marche avec l'évolution et la durée de l'enquête. Nous n'avons eu qu'une journée de pluie», relate Louis Bélanger, aussi heureux de montrer l'automne à l'écran que de pouvoir sortir de Montréal. «Quand je travaillais en téléroman, nous n'avions pas droit aux saisons», ajoute Johanne Seymour. Plus qu'accessoire, l'automne influencera beaucoup l'humeur des personnages de Séquelles.

Johanne Seymour, qui a notamment été comédienne, auteure, réalisatrice et productrice à la télévision, avait quitté le milieu parce qu'elle avait besoin de changer d'air. Et c'est pourtant son travail de romancière qui l'y ramène aujourd'hui, «pour que Kate soit vivante en 3D et qu'elle ne meure pas dans les pages d'un livre», dit-elle.

C'est une femme refusant d'affronter ses démons à laquelle on aura affaire en début de série. «Ce drame la ramènera à son passé d'enfant violentée», explique l'auteure. Pour oublier, l'enquêtrice trouve refuge dans l'alcool et le sexe. En filigrane de la résolution de l'enquête, c'est aussi le voyage intérieur de Kate. «Elle l'ignore, mais elle possède les clés pour résoudre l'enquête. On se demande si elle cache des choses ou si elles les ignorent», poursuit Louis Bélanger.

À Céline Bonnier se greffe son collègue d'Unité 9, François Papineau, dans le rôle de Paul Trudel, ex-collègue et ex-amoureux de Kate, qui sera appelé à enquêter sur son territoire. «Ils faisaient de bons partenaires de travail sur les crimes majeurs et résolvaient des intrigues ensemble. Le gros déclencheur de la crise entre eux, c'est quand elle a été destituée de son poste. Il ne l'a pas protégée et elle a la conviction que Paul l'a sacrifiée au profit de sa carrière», raconte François Papineau, que Louis Bélanger a dirigé dans En thérapie et au cinéma dans Route 132.

Les deux acteurs ont adoré tourner loin des grands centres. «Le fait de ne pas rentrer chez soi le soir permet de moins décrocher. Mais on a eu froid!», confie François Papineau. Céline Bonnier a d'ailleurs dû se mouiller dans l'eau glacée, un 30 septembre, pour la scène où elle découvrait le corps de la fillette. Danny Gilmore, Élise Guilbault, David Boutin, Roger Léger, Stéphane Crête, Jean-Nicolas Verreault, Alexis Martin et Stéphane Jacques sont aussi de la distribution. Une fois de plus, Louis Bélanger a demandé à son frère Guy de composer la musique.

Si elle promet de faire revivre Kate dans un sixième tome, Johanne Seymour a pour l'instant une nouvelle héroïne en tête. Elle aimerait aussi voir son dernier roman Wildwood porté au grand écran. Elle ignore si Le cri du cerf sera réédité à la sortie de la série, mais ce ne serait pas étonnant. Quant à Louis Bélanger, il sortira son nouveau film au printemps, intitulé Les mauvaises herbes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer