Quand la nature inspire la création

Les auteures, Andrée Mathieu et Moana Lebel, entourent... (photo Alain Dion)

Agrandir

Les auteures, Andrée Mathieu et Moana Lebel, entourent le directeur Recherche et conservation du Zoo de Granby, Patrick Paré, qui a agi comme réviseur scientifique du  manuscrit. La chouette Pleine lune complète le trio.

photo Alain Dion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabel Authier
Isabel Authier
La Voix de l'Est

(Granby) Il y a fort longtemps, Leonard de Vinci en parlait déjà. Il savait que la nature avait tout ce qu'il fallait pour inspirer l'être humain dans ses actions et ses inventions. Aujourd'hui, ce concept fascinant a un nom - le biomimétisme - et fait l'objet d'un premier livre québécois intitulé L'art d'imiter la nature - Le biomimétisme.

Les auteures, Andrée Mathieu et Moana Lebel, ont consacré quatre ans à la recherche et à la rédaction de cet ouvrage lancé hier au Zoo de Granby. C'est d'ailleurs le directeur Recherche et conservation du Zoo, Patrick Paré, qui s'est occupé de la révision scientifique du manuscrit.

Mme Mathieu vient de l'univers de la physique et Mme Lebel est biologiste. Elles ont mis leurs connaissances et leur immense curiosité en commun pour faire naître ce livre de 165 pages, abondamment illustré en couleurs et très instructif. Très.

«Le but, c'est d'apprendre de la nature. Elle a une solution à tout. Il faut avoir l'humilité d'aller voir ce que la nature fait déjà pour l'appliquer en design, en architecture, en ingénierie, mais aussi en gestion - on n'a qu'à regarder comment les fourmis s'organisent - et même en communications», affirme Moana Lebel.

«Dans un monde où on cherche des solutions de développement durable, on ne pense pas à se tourner vers ceux qui ont plus d'expérience que nous: les animaux et la nature», fait pour sa part remarquer Andrée Mathieu, qui croit dur comme fer au biomimétisme.

Ainsi, les crochets de la fleur de bardane ont directement inspiré le velcro, et les «chenilles» chaussant la machinerie lourde copient le mouvement de l'insecte du même nom...

Abeilles et chouettes à la rescousse

Pour illustrer ce concept, Moana Lebel a exhibé hier un morceau de rembourrage de siège automobile fait de «mousse» conventionnelle, qui s'use rapidement, composée de produits toxiques et non recyclable. En puisant dans le savoir des abeilles, qui fabriquent des cellules en hexagones, une équipe a réalisé un nouveau rembourrage plus léger, plus confortable, moins volumineux, moins polluant et 100 % recyclable.

Mme Lebel a aussi fait appel à Pleine lune, une chouette «Effraie des clochers» qui réside au Zoo, en guise de modèle. Non seulement son disque facial lui permet de voir dans l'obscurité presque totale et d'entendre à des kilomètres de distance, mais la forme frangée de ses plumes amortit le son de ses ailes pour pouvoir voler en silence. Cette dernière caractéristique physique a été imitée dans l'industrie du transport pour réduire le bruit de certains véhicules, a-t-on appris.

L'art d'imiter la nature - Le biomimétisme présente plusieurs autres merveilles de la nature qui ont inspiré - ou pourraient inspirer - les scientifiques et les designers dans leur travail. 

Mais selon Moana Lebel, ce livre n'est qu'une introduction à la matière. «On a inclus plus de 100 exemples appuyés par des valeurs de développement durable. Mais les exemples de biomimétisme sont infinis, en santé notamment», souligne-t-elle.

Sa collègue Andrée Mathieu abonde dans le même sens. Selon elle, «on a juste entrouvert une petite porte sur le monde des animaux, des insectes et des plantes».

Ne soyez pas surpris, donc, de voir un jour apparaître en librairie un autre livre sur le sujet!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer