La Grand-Messe avec Les Cowboys Fringants

L'espace d'un soir, La Grand-Messe a pris la... (photo fournie par Jean-PHILIP POTHIER)

Agrandir

L'espace d'un soir, La Grand-Messe a pris la place des Cowboys Fringants sur scène. À la demande des Cowboys eux-mêmes.

photo fournie par Jean-PHILIP POTHIER

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabel Authier
Isabel Authier
La Voix de l'Est

(Farnham) Lorsqu'une invitation confidentielle est apparue sur sa page Facebook, il y a un mois, Jean-Philip Pothier n'en croyait pas ses yeux. Pour le lancement de leur nouvel album Octobre, Les Cowboys Fringants souhaitaient que le jeune homme de Farnham et sa bande fassent une surprise au public. Vendredi dernier, La Grand-Messe est donc montée sur la scène du Latulipe à Montréal pour interpréter des chansons... des Cowboys Fringants!

Pour être plus clair, disons que le groupe chouchou des Québécois lançait son nouvel opus, mais n'avait pas eu assez de temps pour préparer le spectacle qui allait avec. L'occasion était parfaite pour faire une folie: inviter un groupe-hommage à prendre leur place.

«Le concept, c'est qu'ils voulaient se voir en spectacle. C'était une surprise totale pour la foule. Ils nous ont présentés et sont descendus dans la salle pour rencontrer le public et nous voir à l'oeuvre, raconte Jean-Philip Pothier, encore ravi de l'expérience. Ils sont montés avec nous pour Les Étoiles filantes, on a fait deux autres tounes et ils ont fini le show.»

Devant près de 1000 personnes, le Farnhamien et sa formation ont interprété une dizaine de chansons - les grands classiques des Cowboys et deux nouvelles pièces d'Octobre. «On a ajouté deux tounes en chemin. Je trouvais que ça passait trop vite et je voulais en profiter au maximum!», lance Jean-Philip avec un sourire dans la voix.

Bien que fébriles, les musiciens avaient quand même un peu peur de la réaction des fans des Cowboys, qui s'étaient déplacés pour entendre leur groupe préféré. «Notre plus grande crainte, c'était de voir l'accueil que le public allait nous réserver. Mais on a su que ça se passerait bien dès la première toune. C'est un public qui aime danser, qui aime le party et qui connaît toutes les chansons. C'était facile.»

Avec le recul, Jean-Philip réalise aujourd'hui que ce petit vendredi soir d'octobre a été l'un des moments forts de la vie du groupe, et de sa vie à lui. «Les Cowboys Fringants, c'est un des groupes qui m'a influencé le plus. C'est grâce à lui si je fais de la musique.»

Les Redoutables

De la musique, Jean-Philip Pothier en fait effectivement beaucoup. Avec La Grand-Messe, formé cet été exclusivement pour rendre hommage aux Cowboys Fringants, mais aussi au sein de JP Pothier&les Redoutables, qui regroupe le même monde, mais pour jouer un répertoire plus large de covers en français et en anglais. En tout, ce sont huit musiciens - dont quatre de la région - qui gravitent autour de ce noyau dur, parfois en duo, parfois en trio, parfois en gang.

«On joue tous ensemble deux ou trois fois par année, pour des spectacles de la Saint-Jean, notamment.»

Quand il parle des Redoutables, Jean-Philip avoue que ce nom est appelé à changer pour quelque chose de plus accrocheur. Et la nouvelle appellation sera assurément exempte du préfixe «JP Pothier», dit-il. «Je veux le détacher pour que ce soit le groupe qui prime, et pour associer mon nom à mon projet solo.»

Digne diplômé de la cuvée 2009 de l'École nationale de la chanson, l'auteur-compositeur-interprète prévoit en effet lancer son premier album au début de la prochaine année. «Il va compter 11 chansons. Le travail en studio est avancé. Il reste encore quelques arrangements à faire», affirme-t-il.

Et naturellement, tout autour de sa voix, on y entendra sa fidèle troupe de musiciens.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer