Le sang des cailloux: amour sur fond d'islam et de scandale

Le Granbyen Pierre Laflamme vient de publier son... (photo Alain Dion)

Agrandir

Le Granbyen Pierre Laflamme vient de publier son second roman, Le sang des cailloux.

photo Alain Dion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabel Authier
Isabel Authier
La Voix de l'Est

En prenant sa retraite, en 2006, Pierre Laflamme s'était promis de jouer au golf, de voyager et d'écrire. Depuis, il a sûrement joué au golf, il a parcouru l'Europe et le Moyen-Orient et il s'est mis sérieusement à l'écriture. «J'avais beaucoup lu dans ma vie et j'avais écrit des choses qui dormaient dans le fond de mes tiroirs. Je n'avais jamais vraiment parlé de cette envie d'écrire, mais elle était là, bien présente», dit-il quelques jours après la publication de son deuxième roman, Le sang des cailloux.

Si son premier livre, Le temps des dérangements, paru en 2012, évoquait la déportation des Acadiens, cette nouvelle oeuvre touche un sujet dans l'air du temps: la montée de l'islam.

L'idée, raconte celui qui réside à Granby depuis 15 ans, a commencé à germer en 2007, lors d'un voyage en Égypte, alors qu'il s'intéressait déjà à l'islam. «Je me suis demandé pourquoi les jeunes veulent devenir djihadistes. J'ai fait beaucoup de recherche sur internet; je dois bien avoir visité 500 à 600 sites.»

Son histoire est basée sur des faits vécus, note-t-il. Il y est question de romance entre un jeune Égyptien attiré par le sentier des combats et une jeune fille plus libérale. Mais il y est aussi question du Printemps arabe - «J'écrivais le roman en regardant des images en direct de la place Tahir», souligne-t-il - et de pots-de-vin accordés à une grande société d'ingénierie québécoise.

«C'est un sujet d'actualité. Et les lecteurs vont apprendre des choses sur l'islam», promet Pierre Laflamme, en assurant avoir tenté d'être «le plus neutre possible» dans son écriture.

Mais pourquoi avoir choisi d'aborder ce thème? «Parce que ça prend tellement de place. Ce n'est qu'une poignée de personnes qui foutent le bordel, mais quel bordel!», lance-t-il au sujet de l'intégrisme.

Même si la couverture du livre annonce un thriller, l'auteur décrit son ouvrage en ces termes: Le sang des cailloux est un roman d'amour à travers lequel il souhaite partager sa connaissance sur l'islam. «C'est facile à lire. Il y aurait de quoi en faire un film. Certains y voient d'ailleurs un côté cinématographique assez intéressant.»

Normal quand on sait qu'il a oeuvré dans le milieu du cinéma et de la télévision durant toute sa carrière...

Occupé à promouvoir ce dernier livre, Pierre Laflamme n'est pas en mode écriture en ce moment. «Je suis plus en phase réflexion... Il y aura peut-être une suite au Sang des cailloux, je ne sais pas.»

Il confie pourtant que l'image d'un pèlerin croisé un jour dans la petite ville d'Assise en Italie revient souvent le hanter... Peut-être qu'un récit en naîtra.

Auteur et éditeur

Peu satisfait de son expérience avec les maisons d'édition, l'auteur a choisi cette fois de faire les choses à sa façon, en créant Pierre Laflamme Romans. À presque 70 ans, cependant, il n'est pas question pour lui de publier les oeuvres d'autres auteurs. Il compte sur ses 35 ans d'expérience en marketing pour s'occuper de ses propres affaires, fait-il remarquer, bien conscient que l'écriture ne le mènera pas à la richesse. «Je le fais par passion, pas pour l'argent.»

Le sang des cailloux est offert à la Librairie des Galeries de Granby et devrait être disponible en version numérique dans les prochains jours.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer