Caroline Savoie sur un nuage

L'avenir s'annonce prometteur pour Caroline Savoie, une auteure-compositrice-interprète... (photo Catherine Trudeau)

Agrandir

L'avenir s'annonce prometteur pour Caroline Savoie, une auteure-compositrice-interprète de 20 ans de Dieppe, au Nouveau-Brunswick, qui a été couronnée lauréate, vendredi soir, du 47e Festival international de la chanson de Granby.

photo Catherine Trudeau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Marie-Ève Martel</p>
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est

(Granby) Le moins qu'on puisse dire, c'est que Caroline Savoie flotte sur un nuage. L'avenir s'annonce prometteur pour l'auteure-compositrice-interprète de Dieppe, au Nouveau-Brunswick, qui a raflé les grands honneurs de la finale du Festival international de la chanson de Granby.

Depuis qu'elle a été couronnée vendredi soir, l'Acadienne n'a pas eu de temps à elle, emportée dans un tourbillon de félicitations, d'entrevues avec les médias et d'émouvants aux revoirs avec tous ceux qu'elle a côtoyés au cours du festival.

Une longue journée chargée d'émotions, dira-t-elle du lendemain de sa victoire lors d'un court entretien téléphonique, alors qu'elle était en route pour son Nouveau-Brunswick natal, où elle offrait un spectacle hier soir.

«Ça va pas pire! lance-t-elle avec l'authenticité qu'on lui découvre un peu plus à chaque fois et qui la rend si attachante. Aujourd'hui, je réalise ce qui m'arrive. Enfin, peut-être pas totalement, mais je suis contente!»

Celle qui a mis la main sur plus de la moitié des prix remis lors de la grande finale est satisfaite de sa performance, à laquelle ont assisté ses parents et son amoureux après avoir parcouru les 10 heures de route qui les séparaient. Un moment des plus émouvants pour l'artiste, qui n'a pu s'empêcher de verser quelques larmes au terme de sa prestation.

«À la finale, j'étais un peu nerveuse, mais pas stressée, dit-elle. J'étais déjà très contente de m'être rendue jusque-là, alors je me suis dit que j'allais faire un spectacle ce soir-là, pas un concours. J'ai donné tout ce que j'avais à donner, et je suis pas mal fière!»

Pas mal du tout pour une jeune femme qui, à l'âge de 13 ans, a reçu une guitare en cadeau de son grand-père pour tromper son ennui. «Je faisais beaucoup de camping quand j'étais plus jeune. J'ai deux petits frères - ils ne le sont plus petits maintenant! - et ils jouaient toujours ensemble. Et moi, j'étais toute seule et tannée. Alors, mon grand-père m'a acheté une guitare et il m'a promis qu'il m'en donnerait une nouvelle si je m'améliorais», raconte Caroline, qui a depuis ajouté trois autres guitares à sa collection.

Mise à nu

Pour Caroline Savoie, l'idée de se produire sur la scène du Palace devant près de 1000 personnes était beaucoup plus angoissante que celle d'avoir été vue par des millions de téléspectateurs français à l'émission The Voice. «À The Voice, tu travailles ton côté interprète. Au Festival, tu te mets à nu, tu joues tes propres chansons, et tu fais ça devant des gens de l'industrie», nuance la jeune auteure-compositrice-interprète de 20 ans.

Le calibre de la compétition était intimidant, soutient-elle. «Tous les demi-finalistes avaient le potentiel de gagner», avance l'auteure de la très jolie pièce Henri.

Granby est devenu pour elle un nouveau jalon dans une carrière des plus prometteuses. Entre autres moments marquants pour elle, notons sa victoire au concours Accros à la chanson, en 2012, et la sortie d'un EP.

La prochaine étape, après du repos bien mérité en septembre, sera l'enregistrement d'un album déjà fort attendu. Grâce à des contacts établis lors de son passage à The Voice, la belle entrera en studio à New York à la fin octobre. «C'est vraiment le fun!» s'exclame-t-elle.

Entre-temps, elle recevra ce mois-ci une cinquième guitare de son grand-père, signe que ce qui n'était qu'un passe-temps au tout début l'a déjàmené loin.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer