Pour revoir Malajube

Malajube (notre photo) se produira au Festival La... (photo Joseph Yarmush)

Agrandir

Malajube (notre photo) se produira au Festival La Grosse Lanterne ce soir à 21h30. Le groupe sera précédé par Loud Lary Ajust, Karim Ouellet, Koriass, Milk&Bone et Heat, entre autres.

photo Joseph Yarmush

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Isabel Authier
Isabel Authier
La Voix de l'Est

En 2012, les gars du groupe Malajube ont eu envie de peser sur pause et d'aller voir ailleurs s'ils y étaient. Chacun de leur côté. «On avait besoin de prendre un break  de nos chansons. Il fallait explorer, changer de peau... On a tous fait autre chose, mais on a joué ensemble aussi dans nos projets respectifs. On ne s'est jamais perdus de vue», raconte Julien Mineau.

Mais voilà, Malajube renaîtra ce soir, le temps d'un spectacle, dans le cadre du Festival La Grosse Lanterne à Béthanie. Une invitation qu'ils ont acceptée après mûre réflexion. «On a réfléchi un bout avant de répondre. Mais on s'est dit que c'était une bonne idée pour casser la glace. Il n'était pas question pour nous de faire une tournée sans un nouvel album. Ça faisait un peu has been!»

On est encore bien loin d'une tournée. D'un album, cependant, peut-être moins. «Oui, on prépare ça pour 2016. On pratique de nouvelles chansons», affirme Julien, qui partage l'aventure avec son cousin Francis Mineau, Thomas Augustin et Mathieu Cournoyer.

En trois ans, bien de l'eau a coulé sous les ponts. Assez pour que le son soit différent de ce qu'on connaît de Malajube. «Ce ne sera pas pareil. Il y a une certaine naïveté qu'on a perdue. On a aussi progressé chacun de notre bord. Techniquement, on est plus avancés.»

Après avoir connu du succès ici, mais aussi dans certaines autres parties du globe, notamment avec leur album Trompe-l'oeil, la barre risque d'être haute pour le prochain opus de Malajube. «La pression est surtout envers nous. Le reste est incontrôlable. On sait bien que nos tounes ne tourneront pas à la radio...», confie le chanteur et guitariste avec désinvolture.

100% Malajube

Mais une chose à la fois. Revenons au spectacle retrouvailles de ce soir. Les répétitions ont repris il y a quelques semaines, dans un local que le groupe avait conservé à Montréal. «On avait carrément oublié les chansons. Ça a pris deux ou trois pratiques pour se remettre dedans. Du côté technique, il y avait du travail à faire, mais c'était encore quelque part dans notre cerveau!»

Ceux qui assisteront à cette prestation en plein air auront droit à environ 75 minutes de musique continue, un peu brouillon peut-être, mais «100% Malajube», promet Julien. «On n'a pas monté un spectacle en tant que tel. Il y aura donc un peu d'improvisation. Et du jamm, c'est certain. On fera des valeurs sûres, et aussi quelques nouveautés du prochain album.»

Réaliste, l'artiste refuse de se faire trop d'illusions face à la réponse du public. «Après une dizaine de pratiques, j'ai hâte, mais c'est un peu stressant, car on avait l'habitude d'être plus rodés avant. Et puis, les modes passent vite. Quand tu arrêtes durant presque trois ans, tu ne t'attends pas à grand-chose.»

Bien que La Grosse Lanterne ne lui était pas inconnue, Julien n'a jamais mis les pieds à Béthanie. Il a dû fouiller un peu pour situer la petite municipalité sur la carte du Québec. 

Mais quelque chose nous dit qu'après ce soir, il se souviendra de l'endroit parfaitement...

 

La programmation complète du festival est disponible sur www.grosselanterne.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer