Symposium l'Art d'Aimer: Waterloo dévoile ses couleurs

La présidente du comité organisateur du Symposium Waterloo... (photo Alain Dion)

Agrandir

La présidente du comité organisateur du Symposium Waterloo et l'Art d'Aimer, Cécile Hamel, a présenté hier la neuvième mouture de l'événement.

photo Alain Dion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

<p>Marie-Ève Martel</p>
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est

(Waterloo) Le Parc du carré Foster sera à nouveau le théâtre du Symposium Waterloo et l'Art d'Aimer cette fin de semaine.

«Une récidive positive» au dire du maire Pascal Russell, pour qui ce rendez-vous annuel constitue un événement-fétiche. «C'est une activité qui vient diversifier l'offre culturelle dans notre municipalité. Ça a lieu dans le parc de mon enfance, au coeur d'un environnement enchanteur. Les artistes embellissent la place», note-t-il.

À sa neuvième année d'existence, le symposium a depuis longtemps acquis ses lettres de noblesse, attirant en moyenne 5000 visiteurs le temps d'un week-end. «C'est une combinaison gagnante, note Cécile Hamel, présidente du comité organisateur. Les visiteurs apprécient beaucoup notre événement et les artistes trouvent l'endroit convivial.»

Huile, acrylique, fusain, pastel, aquarelle et techniques mixtes seront donc à l'honneur, alors que près d'une soixantaine de peintres des quatre coins du Québec s'installeront dans le parc pour peindre en plein air, samedi et dimanche à compter de 10 h. Environ le tiers de ces créateurs en seront à leur première présence à l'événement, tout comme le président d'honneur Claude Bonneau, artiste-peintre de Baie-Comeau. L'artiste autodidacte est tombé sous le charme de la région l'an dernier lors de son passage à Bromont en art, où il retournera dans deux semaines. Il s'agira toutefois de sa première visite à Waterloo, qu'il a hâte de découvrir. «C'est toujours une surprise d'aller à de nouveaux endroits et de découvrir de nouveaux talents», lance-t-il.

Beau problème

Le symposium fait cependant face à un beau problème: sa renommée est telle que trop d'artistes souhaitent y prendre part. Il a donc fallu refuser six inscriptions cette année, faute d'espace ou parce que les candidats ne répondaient pas tout à fait aux critères de sélection. «C'est dommage, mais je dois me restreindre à avoir moins de 60 participants», affirme Mme Hamel. La légende veut toutefois que les heureux élus soient traités aux petits oignons...

Outre l'occasion d'échanger avec les artistes-peintres et de les voir en pleine action, les visiteurs pourront admirer une toile géante, mosaïque d'oeuvres créées par les exposants sur le thème «coucher et couleurs du soleil». «C'est un gros plus qui est apprécié des visiteurs, indique l'artiste sheffordoise. Les artistes sortent de leur zone de confort, car il y a un thème imposé, et certains doivent explorer d'autres médiums, en raison du délai serré pour créer la toile.»

Chaque parcelle de cette oeuvre collective sera ensuite vendue individuellement lors d'un encan dont les profits sont remis à une bonne cause. «Ça peut être une bonne façon d'acquérir une toile d'un artiste qu'on aime à bon prix», explique Mme Hamel. 

Si tout se déroule comme prévu, la cuvée de cette fin de semaine mettra la table pour le 10e anniversaire de l'événement, qui sera célébré en grand - et en couleurs - l'an prochain.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer