Hommage à la beauté... centenaire!

L'attachement de la photographe Arianne Clément envers les... (photo Arianne Clément)

Agrandir

L'attachement de la photographe Arianne Clément envers les aînés transparaît clairement à travers ses clichés.

photo Arianne Clément

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabel Authier
Isabel Authier
La Voix de l'Est

(Acton Vale) Elle est encore jeune, Arianne Clément, mais elle voue une tendresse inconditionnelle aux aînés. À travers sa lentille de photographe professionnelle et sa grande sensibilité, elle les immortalise en images. Et le résultat est à la fois superbe et émouvant.

Ces temps-ci, Arianne planche sur un projet intitulé Mémoires vivantes, les femmes invisibles, un hommage qu'elle souhaite rendre à des dames centenaires. Ses recherches ont débuté en mai à travers les réseaux sociaux, les résidences pour personnes âgées et son site internet. Deux ont déjà répondu à son appel, deux autres pourraient bientôt s'ajouter, et elle cherche d'autres perles rares.

«Je compte avoir dix centenaires de la Montérégie d'ici la fin du projet», explique l'artiste de 35 ans d'Acton Vale. À travers ses clichés en noir et blanc, elle souhaite raconter leur histoire, saisir leur essence. Ce sont ses vénérables modèles qui guideront sa démarche. «Leur étalage de souliers, des vêtements d'époque... Un angle m'intéresse: celui de leur rapport à la beauté et à la féminité. Se font-elles coiffer? Se maquillent-elles encore? Je veux me laisser beaucoup de liberté.»

Le vernissage de Mémoires vivantes, les femmes invisibles aura lieu en mai ou juin 2016», explique l'artiste, qui n'a pas encore déterminé le lieu de l'exposition.

Si vous connaissez une centenaire - ou quelqu'un qui connaît une centenaire -, Arianne Clément attend votre appel au 438-931-8307 pour compléter son projet.

Beautés atypiques

À travers ses voyages autour du monde, cette détentrice d'une maîtrise en photo journalistique et documentaire de l'Université des arts de Londres a rapidement développé un intérêt marqué pour la beauté hors norme. Ce n'est pas pour rien qu'elle a nommé sa compagnie Atipik Média.

Elle se rappelle un voyage au Nunavut - alors qu'elle avait 26 ans -, de ce reportage traitant de l'inéluctable disparition de la langue inuit et de sa rencontre avec des personnes âgées pour illustrer le sujet. «J'ai pris des photos. C'étaient les plus fortes que j'avais jamais prises.»

La présence de sa grand-mère dans sa vie a aussi déterminé son parcours. «Elle s'appelait Perle et j'en étais très proche. Je me rappelle que j'étais fascinée par ses mains, ridées, veineuses, qui avaient tant travaillé...», raconte-t-elle. «J'ai toujours été intéressée par les aînés. J'ai de la facilité avec eux.»

En marge du projet Mémoires vivantes, Arianne travaille entre autres avec les résidants d'un centre pour personnes âgées de Saint-Bruno-de-Montarville. Elle réalise aussi des contrats de photo privés à la demande des familles d'aînés. 

Aide financière

Pour concrétiser son initiative avec les centenaires, la photographe peut notamment compter sur une subvention de 14 000 $ du Programme pour les arts et les lettres de la Montérégie Est.

Parmi les autres projets artistiques retenus dans le cadre de ce même programme, mentionnons également celui de Jean-Pierre Lessard de Farnham. Grâce à une aide financière de 14 160 $, ce dernier pourra créer une maquette instrumentale rock, en partenariat avec le studio Musique O Max de Longueuil.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer