Karine Belly: «Je suis une actrice comique à la base»

«Il y a un côté festif dans le... (photo Roch Fortin)

Agrandir

«Il y a un côté festif dans le théâtre d'été. Les gens ont envie de sortir après avoir été enfermés tout l'hiver», affirme Karine Belly.

photo Roch Fortin

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Isabel Authier
Isabel Authier
La Voix de l'Est

Karine Belly a l'habitude du théâtre d'été. Elle a souvent versé dans ce style au fil des ans et semble s'y plaire comme un poisson dans l'eau.

«En fait, j'ai principalement joué l'été. Je n'ai joué qu'une fois en saison, chez Duceppe l'an dernier. Je suis dans un registre de comédie. Je suis une actrice comique à la base», confie celle qui joue dans L'invité tout l'été au Théâtre de Rougemont.

Une ambiance qu'elle adore. «Il y a un côté festif dans le théâtre d'été. Les gens ont envie de sortir après avoir été enfermés tout l'hiver. À Bromont [où elle a joué dans Boeing Boeing en 2009], quand je voyais des gens faire une heure et demie de route pour venir nous voir jouer, j'étais sidérée. Mais je comprends. Ils venaient en gang pour rire et avoir du plaisir.»

Dans L'invité, que le producteur et comédien Jean-Bernard Hébert qualifie de comédie virulente sur la mode des «coachs de vie», Karine Belly tient le rôle d'une femme à la maison, dévouée à son mari, un chômeur pas facile à vivre. «Mon personnage n'est pas une lumière. Elle a une petite vie, elle n'a aucune culture, mais elle tente toujours de voir le beau côté des choses. Ça rend les situations cocasses. En fait, durant le 3/4 de la pièce, elle ne parle pas, puis elle pète soudainement les plombs et prend les rênes. Ça la rend encore plus attachante... et comique malgré elle.»

«Plus jeune, j'ai eu des rôles de bimbo, mais de jouer une telle idiote, ça ne m'est jamais arrivé. J'adore les rôles de composition!», rigole-t-elle.

Pour cette Française établie au Québec depuis neuf ans, les allers-retours entre ici et son pays natal ont été nombreux. «J'ai passé beaucoup de temps dans les avions, principalement pour la télévision et le cinéma [on a notamment pu la voir dans L'homme au masque de fer, Yves Saint-Laurent et Décalage horaire]. Au Québec, mon accent était un problème. J'avais souvent de petits rôles. Mais l'an dernier, j'ai joué dans Nouvelle Adresse et j'ai beaucoup aimé.»

Le bonheur jamais loin

On sent chez Karine Belly une joie non feinte. Sa voix est lumineuse et le rire jamais loin. «Je suis quelqu'un qui rit beaucoup dans la vie. Malgré les grosses épreuves - un grave accident de voiture il y a plusieurs années, la perte de sa Lily Rose à la naissance en 2010 -, je suis une fille très positive. La vie est belle. Il en faut pour nous assommer, Serge et moi!»

Serge, c'est Serge Postigo, son homme, avec qui elle partagera la scène à Rougemont. Ce ne sera pas la première fois; il se sont rencontrés dans la comédie musicale Neuf. Postigo l'a même déjà dirigée. «Mais c'est plus cool quand il ne me dirige pas!», lance-t-elle à la blague.

Ils sont aujourd'hui parents de Valentin, 11 mois, et ils attendent un autre enfant. La comédienne est enceinte de presque cinq mois. Ce sera une petite fille. «J'ai joué lors de mes trois grossesses. J'adore ça. J'ai l'impression que c'est un bagage que je leur lègue. Je portais Valentin quand je jouais chez Duceppe, et je maquillais mon ventre avant chaque représentation!»

Sa condition ne l'empêchera nullement de suivre le rythme de L'invité. «J'ai une belle hygiène de vie. Et je vais dormir l'après-midi pour être en forme le soir. On joue juste trois fois par semaine, c'est correct. On fera la route de Vaudreuil. Mais c'est tellement une belle région, Rougemont, qu'on se demandait si on n'allait pas s'installer dans un 'mobil home'!», confie la comédienne de 44 ans.

Qu'est-ce qui attend les spectateurs qui feront un détour par le théâtre de Rougemont cet été? «Il faut s'attendre à sortir de bonne humeur après avoir bien ri. Le rapport entre les trois personnages principaux est très drôle. Mais on n'est pas dans la pièce caricaturale. Il n'y a pas de maîtresse cachée dans le placard!»

On ne veut pas vendre la mèche, mais il paraît que ça se termine en catastrophe...

 

L'invité, mettant en vedette Karine Belly, Serge Postigo, Vincent Bilodeau et Jean-Bernard Hébert, est présenté du 26 juin au 22 août.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer