Un souper d'adieu: l'amitié dans tous ses états

Antoine Vézina, Stéphane Demers et Maude Guérin ne... (photo Janick Marois)

Agrandir

Antoine Vézina, Stéphane Demers et Maude Guérin ne font pas que jouer la comédie dans Un souper d'adieu. Les spectateurs peuvent aussi apprécier leurs talents de danseurs dans une courte scène digne de Bollywood.

photo Janick Marois

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Bromont) CRITIQUE - Dans leur vie, Pierre et Clothilde commencent à manquer de TAD - ou «temps amical disponible» si vous préférez. Tiraillé entre sa vie personnelle et sa vie sociale, ce couple bon chic bon genre prend alors une décision difficile, mais nécessaire. Ils couperont les ponts avec les «couples d'amis» qu'ils fréquentent davantage par obligation que par plaisir. Le genre de ceux qu'on invite en espérant secrètement qu'ils annulent, fait remarquer Pierre à sa douce...

Triées sur le volet, les victimes seront alors conviées à un ultime repas que Pierre (Stéphane Demers) et Clothilde (Maude Guérin) voudront inoubliable. C'est leur ami Antoine (Antoine Vézina), arrivé sans sa conjointe Béa, qui sera leur premier invité. Mais vous devinez bien que les choses n'iront pas du tout comme prévu.

On ne se débarrasse pas aussi facilement d'Antoine...

Parfaitement à l'aise dans son rôle d'égocentrique névrosé, en perpétuelle thérapie, Antoine Vézina offre une solide performance. Le comédien occupe la scène avec un plaisir évident où il peut exploiter à fond son naturel comique.

Mais c'est Stéphane Demers qui vole souvent le show, par son ton toujours juste et son style discret, mais terriblement efficace. Il fallait voir son Pierre - mortifié après que son plan eut été mis au jour par son ami d'enfance Antoine - se confondre en excuses et multiplier les explications bidon. Sa longue tirade lui a valu, à juste titre, des applaudissements nourris de la part des nombreux spectateurs présents lundi soir.

Ce sont d'ailleurs les échanges entre les deux hommes qui donnent lieu aux meilleurs moments d'Un souper d'adieu. On ne dévoilera pas ici tous les secrets de la pièce, mais disons qu'on se rappellera longtemps la scène du changement d'identité...

En entrevue récemment, la comédienne Maude Guérin se réjouissait de ne pas avoir «tout le show» sur le dos. Elle est en effet moins présente que ses deux acolytes et tarde un peu à trouver le timbre parfait.

Les trois comparses manoeuvrent néanmoins avec brio dans les méandres de l'amitié. Et ils se débrouillent même en danse, comme on a pu le constater dans un numéro à la Bollywood!

Les amateurs de théâtre d'été plus cabotin - où les portes claquent et où les personnages s'enlisent dans les quiproquos - trouveront peut-être qu'on ne rit pas assez devant Un souper d'adieu.

Mais les autres - qui s'attendent à moins de cacophonie et à une comédie de situation bien de son temps - y trouveront définitivement leur compte. Et souriront beaucoup.

On nous avait promis une pièce bien ficelée et un texte intelligent, un peu à l'image du Prénom. Un souper d'adieu n'atteint pas le niveau de qualité du Prénom, mais offre une très belle soirée de théâtre d'été.

Un souper d'adieu est présenté au Théâtre Juste pour rire de Bromont jusqu'au 15 août.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer