• La Voix de l'Est > 
  • Arts 
  • > Festival international de la chanson de Granby: «On s'en va vers un record» selon Pierre Fortier 

Festival international de la chanson de Granby: «On s'en va vers un record» selon Pierre Fortier

«On veut devenir LE rendez-vous des mélomanes et... (photo Janick Marois)

Agrandir

«On veut devenir LE rendez-vous des mélomanes et du grand public. D'ici 2018, on veut être dans les bars et les restos. L'objectif, c'est que ce soit plein partout en ville», rêve le patron du Festival de la chanson, Pierre Fortier, à voix haute.

photo Janick Marois

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabel Authier
Isabel Authier
La Voix de l'Est

(Granby) On n'aura jamais vu autant d'artistes et autant de spectacles au Festival international de la chanson de Granby. Pour sa 47e année, l'événement étend encore plus ses tentacules dans la ville, renforce son volet international, change de mois et déménage ses spectacles extérieurs près du lac Boivin.

Le grand manitou du Festival, Pierre Fortier, a rappelé hier que les célébrations se tiendront plus tôt cette année, du 19 au 29 août - «Parce qu'on était tannés de faire des spectacles à 4°C», a-t-il lancé en guise d'explication -, et que 125 artistes du Québec, de la France, de la Belgique, de la Suisse et même de la Suède se donneront en spectacle.

Quant aux prestations, il y en aura assez pour perdre le fil de notre agenda. Durant onze jours, des spectacles sont prévus partout à Granby, dont trois qui s'installeront au parc Daniel-Johnson, pouvant accueillir 20 000 personnes à la fois. Le jeudi 27 août, le site fera place à 30 succès - 14 voix, la plus grande production originale de l'histoire du Festival, mise en scène par Marie-Ève Janvier et Jean-François Breau. Le lendemain, au même endroit, ce sera au tour de Louis-Jean Cormier. Le samedi 29 août, le porte-parole du FICG, le chanteur granbyen Alex Nevsky, clôturera le Festival et soulignera Granby en fête en offrant une prestation suivie d'un grand feu d'artifice.

Mais tout cela n'est qu'un aperçu de ce qu'on pourra voir et entendre. Le mercredi 26 août, au Palace et sur le site web du Festival, on pourra assister au spectacle Jamais trop tôt, mettant en vedette des jeunes de 14 à 17 ans. Le second concours Petit Festival de la chanson (pour les 6 à 13 ans) se déroulera pour sa part à l'église St-Georges, les 27, 28 et 29 août.

Pour la première fois, le public pourra également découvrir des voix d'ici et d'ailleurs dans le cadre des Vitrines musicales à l'église Unie, du 26 au 29 août. On aura même droit à une soirée pour célibataires le 28 août au Cent 50 Bar à vin, mettant en vedette le groupe Cherry Chérie.

«S'il fait beau, on s'en va vers un record. On espère 40 000 personnes cette année. On veut devenir LE rendez-vous des mélomanes et du grand public. D'ici 2018, on veut être dans les bars et les restos. L'objectif, c'est que ce soit plein partout en ville», rêve Pierre Fortier à voix haute.

Une mouture imprévisible

Mais n'oublions pas le but premier du Festival: le volet concours. Les 24 demi-finalistes présentés hier (voir l'encadré) fouleront la scène du Palace lors de l'une ou l'autre des quatre demi-finales, les 19, 20, 21 et 22 août.

La grande finale de la compétition aura lieu le vendredi 28 août, accompagnée de 140 000$ en bourses.

Pierre Fortier a tenté de résumer en quelques mots ce que laissait présager la mouture 2015. «Ce sera imprévisible parce qu'on a tous les genres musicaux, et que dans tous les genres, ils sont excellents. Ça sent la sève, la pop de très grand calibre, le soul, l'indie rock... C'est assez solide!»

Cette année, aucun artiste n'est originaire de la région. Les spectateurs pourront tout de même s'attacher à de jeunes talents venus de partout. C'est le cas de Kariman, une chanteuse soul et R&B d'Edmonton qui a tenté sa chance en présentant à Granby trois chansons écrites en français. «Et ça a fonctionné, a confié la jeune femme, qui a l'habitude de chanter en anglais. Ça sonne différemment en français; les émotions ne sont pas les mêmes.»

Un porte-parole engagé

Alex Nevsky semblait pour sa part sincèrement heureux d'être partie prenante d'un événement de l'envergure du FICG. «Il y a une super belle programmation cette année. Pierre Fortier ne vise pas la facilité. Il veut que les gens soient curieux et fassent des découvertes. J'adore ça.»

Son rôle n'en sera pas un de simple figurant, assure-t-il. Non seulement il offrira quatre prestations, mais il se promet d'être partout. «Je découvre les demi-finalistes en même temps que tout le monde. Je vais aller les voir dans les répétitions, leur donner une conférence sur mon cheminement. Je veux tous les rencontrer et passer de beaux moments avec eux. Ça fait cinq ans que j'ai fait le Festival, mais je me sens encore en phase avec cette génération. C'est vraiment inspirant.»

Aux jeunes artistes, hier, il a pris soin de leur prodiguer trois conseils bien sentis: «Écoutez quand on vous parle, cultivez votre unicité et explorez la ville: c'est plein de belles filles et de beaux gars ici!»

Pour tout savoir sur la programmation, on consulte le www.ficg.ca

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer