Me Sandra alarie : à la défense des artistes

«Tous les créateurs devraient être en mesure d'obtenir... (photo Julie Catudal)

Agrandir

«Tous les créateurs devraient être en mesure d'obtenir les conditions les plus optimales dans leur contrat. Il est préférable de consulter avant de signer. Des cas Claude Robinson, il y en a plus qu'on pense», soutient l'avocate Sandra Alarie.

photo Julie Catudal

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabel Authier
Isabel Authier
La Voix de l'Est

(Roxton Pond) Être auteur, chanteur ou comédien, c'est bien. Connaître les rouages du milieu et s'assurer d'être reconnus - et rémunérés - à sa juste valeur, c'est mieux. Le monde artistique recèle mille et un aspects et périls qui peuvent échapper aux créateurs au cours de leur carrière. C'est ici que Sandra Alarie entre en scène. L'avocate de Roxton Pond a fait du droit du divertissement sa spécialité.

Passionnée des arts, la jeune femme a d'abord fait du théâtre et étudié le cinéma au Cégep de Saint-Hyacinthe. «Je me suis alors rendu compte que les artistes étaient mal renseignés sur les droits d'auteur, les contrats, etc. Devant plusieurs questions sans réponse, j'avais l'impression qu'il me manquait quelque chose. Je suis allée étudier le droit à l'Université de Sherbrooke avec l'intention de travailler avec les artistes», raconte la dame de 30 ans, qui a passé son Barreau en 2014.

C'est en puisant à même l'expérience d'une autre avocate spécialisée en droit du divertissement, à Laval, que Sandra Alarie s'est fait la main. «C'est assez récent comme spécialité. Ça se développe surtout dans les grands centres. Il s'agit d'une branche aussi spécialisée que le droit criminel. Ce n'est pas une sous-branche du droit», tient-elle à préciser.

La juriste espère maintenant vivre du droit du divertissement, dans son coin de pays, de surcroît. «Je veux couvrir notre grande région, où les créateurs sont nombreux. Les auteurs et les artistes ne sont pas tous à Montréal! De toute manière, tout se fait par internet de nos jours.»

Son public cible? Les auteurs, chanteurs, comédiens, musiciens, artistes visuels, et pourquoi pas les producteurs soucieux de bien connaître les usages de l'industrie. «Je dois veiller à éviter les conflits d'intérêts cependant», de préciser Sandra Alarie.

Reste maintenant à joindre et à convaincre tout ce beau monde de l'importance de son rôle dans la bonne marche de leurs affaires. «Il y a beaucoup de bouche-à-oreille. C'est un milieu où les gens se connaissent», fait-elle remarquer.

Lutter contre l'ignorance et la mauvaise foi

C'est aussi un univers où l'ignorance - ou la mauvaise foi - de certains producteurs et éditeurs peut nuire sérieusement aux artistes, selon Me Alarie. Elle peut alors lire et expliquer un contrat à son client, ou prendre en charge l'ensemble des négociations, au besoin.

«Tous les créateurs devraient être en mesure d'obtenir les conditions les plus optimales dans leur contrat. Il est préférable de consulter avant de signer. Des cas Claude Robinson, il y en a plus qu'on pense.»

Elle donne l'exemple typique de «l'homme-orchestre», qui pour un même projet, fait les voix, les dessins et écrit l'histoire. «Cet artiste devrait être rémunéré pour chacun de ces champs de pratique, ce qui n'est pas toujours le cas. Son salaire, au final, sera beaucoup plus élevé si le producteur le paye pour chaque rôle.»

Même chose pour les produits dérivés qu'un projet peut engendrer. Dans un tel cas, le contrat doit prévoir des clauses en conséquence, explique la Roxtonaise.

Les auteurs de théâtre peuvent également être des proies faciles, constate Sandra Alarie. «Ils ont parfois de la difficulté à se faire payer sous prétexte que le théâtre n'a pas assez d'argent.»

Elle caresse d'ailleurs l'idée d'offrir des ateliers aux artistes ou aux futurs créateurs pour les informer adéquatement sur leurs droits et leurs obligations. Elle lorgne les écoles de théâtre, les associations, les festivals de chanson... «J'aimerais leur donner une base, des outils, pour mieux les préparer au métier.»

Tous les détails dans notre édition de jeudi

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer