L'art contemporain exposé au grand air

Voici l'exemple d'une «salle» d'exposition qui sera aménagée... (image fournie par Commerce et tourisme Granby et région)

Agrandir

Voici l'exemple d'une «salle» d'exposition qui sera aménagée au parc Daniel-Johnson.

image fournie par Commerce et tourisme Granby et région

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabel Authier
Isabel Authier
La Voix de l'Est

(Waterloo) Dans l'air depuis 2012, le projet de Musée à ciel ouvert a été officiellement dévoilé hier matin à Waterloo. D'ici l'été 2016, les cyclistes qui emprunteront le circuit cyclable de la Haute-Yamaska pourront s'initier à l'art contemporain sans devoir s'enfermer à l'intérieur. Les sculptures s'afficheront en pleine nature.

Le concept n'est pas nouveau. Du temps du Symposium international de sculptures monumentales, dans les années 1990, plusieurs oeuvres étaient apparues aux abords de l'Estriade et de la Granbyenne. Malheureusement, avec les années, plusieurs avaient perdu leur lustre d'origine et attiraient moins l'attention.

À l'image d'un musée traditionnel, le Musée à ciel ouvert offrira donc des «entrées» (lire des stationnements accessibles) et des «salles» extérieures, grandes ou petites, qui permettront d'assurer la pérennité et la mise en valeur des oeuvres. Certaines sculptures y seront d'ailleurs transférées pour leur offrir une meilleure visibilité.

Tout au long de la boucle cyclable, on croisera donc une salle sur chacun de ces sites: le parc Daniel-Johnson et le Centre d'interprétation de la nature du lac Boivin à Granby, la Halte du ruisseau à Bromont, le Relais des cheminots à Shefford, le parc Courville et le parc de la Cabouse à Waterloo, le Relais McLaughlin à Warden et le parc national de la Yamaska.

Ces espaces seront dotés d'un aménagement paysager, de mobilier et d'aires de détente propices à l'observation des monuments.

Au final, plus de 700 000$ - provenant d'une multitude de partenaires régionaux et provinciaux - seront consacrés à ce projet qualifié d'unifiant, d'audacieux et de novateur par la coordonnatrice du dossier, Sylvie Vandal de Commerce et tourisme Granby et région.

Près de 40 oeuvres

Grâce au retour du Symposium international de sculptures, en août prochain, sept nouvelles oeuvres, créées par des artistes de sept pays différents, viendront s'ajouter à la collection d'une trentaine de sculptures déjà existante.

«Ça permet de "remplir" les salles extérieures, qui ne seront pas seulement accessibles aux cyclistes, mais aussi aux piétons et même aux automobilistes», s'est réjoui le grand manitou du Symposium et directeur artistique du Musée, le sculpteur Roger Lapalme.

Ce dernier a aussi souligné l'engagement des municipalités de la région, qui ont investi plus de 122 000$ pour restaurer certaines oeuvres datant des années 1990.

Une année de travaux

Lancés ce printemps, les travaux d'aménagement seront supervisés par des comités locaux à Granby, Bromont, Waterloo, Shefford et Warden. La première salle verra le jour à Granby et la majorité devrait être complétée d'ici l'été prochain, a laissé entendre Mme Vandal.

Une étude de faisabilité, réalisée en 2012-2013, estimait que le Musée à ciel ouvert pourrait entraîner une hausse de l'achalandage du réseau cyclable de 28% et des retombées économiques supplémentaires de 2,5 millions$ d'ici cinq ans. Sylvie Vandal et son équipe rêvent d'ailleurs d'en faire «l'expérience la plus originale au Québec».

«C'est un projet appelé à s'élargir et à déployer ses tentacules, a-t-elle affirmé. Cette initiative permettra à la région de se positionner comme le nec plus ultra des réseaux cyclables du Québec.»

Un circuit en balado-découverte est aussi dans les plans.

L'Estriade a 25 ans

Le projet de Musée à ciel ouvert coïncide avec les 25 ans de l'Estriade. Cet anniversaire a d'ailleurs été souligné, hier matin. Relatant les débuts du projet, le maire de Waterloo, préfet de la Haute-Yamaska et président de CARTHY, Pascal Russell, a souligné qu'aujourd'hui, le réseau de l'Estriade comptait 97 kilomètres de pistes, que 8 millions$ y avaient été investis et qu'on y dénombrait désormais 355 000 passages par année.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer