• La Voix de l'Est > 
  • Arts 
  • > Réduction des commandites des sociétés d'état: une différence pour les événements de la région 

Réduction des commandites des sociétés d'état: une différence pour les événements de la région

Le grand manitou du Festival Musique en vue,... (photo Alain Dion, archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Le grand manitou du Festival Musique en vue, Jean-Charles Lajoie.

photo Alain Dion, archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabel Authier
Isabel Authier
La Voix de l'Est

(Granby) La réduction des commandites imposée aux sociétés d'État pourrait défavoriser certains événements culturels dans la région. Mais la plupart croisent les doigts pour conserver leurs acquis.

Le Festival Musique en vue de Cowansville sait déjà qu'il sera directement pénalisé par ces nouvelles règles de commandites du gouvernement, affirme le directeur Jean-Charles Lajoie. Bien qu'il refuse de divulguer le montant qu'investit Loto-Québec dans l'événement, il affirme que celui-ci sera en baisse de 33% pour l'édition 2015. «C'est significatif. Vous savez, à Musique en vue, si un gars boit deux bières au lieu de trois, ça fait une différence sur nos revenus!», illustre-t-il.

Le promoteur se réjouit néanmoins de pouvoir poursuivre ce partenariat. «Loto-Québec aurait pu se retirer, mais on est un des petits festivals au Québec qui en redonnent le plus... Malgré notre petite taille, on a une vitrine nationale que plusieurs rêveraient d'avoir.»

M. Lajoie constate néanmoins «une chute radicale» des commandites, en général. «Bon an, mal an, nos revenus de commandites varient entre 90 000 $ et 130 000 $. En 2015, on va être sous les 90 000 $» prévoit-il.

Heureusement, le festival est encore sous entente avec la Ville de Cowansville et Desjardins, ses principaux bailleurs de fonds.

Du côté du Festival international de la chanson de Granby, on ignore toujours si l'aide financière de 15 000 $ d'Hydro-Québec à titre de partenaire officiel sera maintenue pour la mouture d'août 2015. «On devrait être fixé d'ici quelques semaines. Mais on n'a aucune indication qu'on pourrait se faire couper cette subvention», a indiqué récemment le directeur général Pierre Fortier.

Le FICG profitait également du soutien de Loto-Québec, mais celui-ci a été retiré il y a trois ans.

Aux Correspondances d'Eastman, Hydro-Québec participe à hauteur de 10 000 $, ce qui fait de lui un des trois partenaires majeurs de l'événement. Jusqu'à présent, rien ne laisse croire que la commandite sera amputée ou abolie, se réjouit le directeur général Raphaël Bédard-Chartrand. Car un tel montant «peut faire une différence» dans la tenue de l'événement. «C'est ce que coûte à lui seul notre nouveau volet Jeunesse, alors si on perdait 10 000 $, c'est sa survie qui en dépendrait».

Ce dernier mentionne que les Correspondances sont toujours à la recherche de nouveaux commanditaires. Si le budget était réduit de 10 000 $, l'expérience des festivaliers en serait assurément touchée, ajoute-t-il.

Le Théâtre Lac-Brome compte également parmi les organismes bénéficiaires du programme de commandites d'Hydro-Québec, à raison de 8000 $. Ce petit théâtre saisonnier, qui présente des pièces de théâtre et des concerts en anglais et en français, compte sur ses membres, ses donateurs et ses bénévoles pour maintenir ses activités bien vivantes. Ce coup de pouce n'est donc pas négligeable. Il n'a pas été possible, toutefois, de savoir si le théâtre allait y avoir droit pour la prochaine saison.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer