Johanne Lefebvre et Pierre-Luc Belval

Partir la tête haute

Pierre-Luc Belval... (photos OSA images)

Agrandir

Pierre-Luc Belval

photos OSA images

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Marie-Ève Lambert
Marie-Ève Lambert
La Voix de l'Est

(Granby) Johanne Lefebvre et Pierre-Luc Belval étaient loin d'être déçus, hier, au lendemain de leur élimination de La Voix. Pour tout dire, ils étaient pas mal fiers, autant de leur dernière performance de dimanche soir que de leur parcours général dans l'aventure, qui a pris fin lors de la première soirée de quarts de finale.

«Je suis super sereine, a déclaré Johanne Lefebvre d'une voix enthousiaste au bout du fil. Je ne croyais pas passer aux auditions à l'aveugle, pas plus aux duels, alors de me retrouver en quarts de finale, j'étais vraiment contente.»

La femme d'East Farnham ne se contait toutefois pas d'histoires: elle savait que cette étape n'allait pas être facile à franchir. «Je me disais: ouf! ça va être dur! Y en a deux qui vont partir d'un coup. Et Rosa a vraiment le profil d'Éric.»

«En plus, poursuit-elle, on ne pourrait pas supplier personne pour avoir une deuxième chance. Et j'étais vraiment plus stressée que lors des enregistrements. Si j'oubliais mes paroles? Si je m'enfargeais sur scène? Si la nervosité m'empêchait de bien chanter? Une chance, j'ai réussi à me concentrer à livrer MA performance pour que si je quittais, les gens aient rencontré quelqu'un et j'espère que c'est ce qui s'est passé.»

Encore une fois, c'est une grande chanson - Mon Dieu, d'Édith Piaf - que la candidate de l'équipe d'Éric a interprétée (après Caruso et Je ne suis qu'une chanson). Un autre beau défi vocal qui l'a placée en deuxième position. «J'aurais été déçue de faire l'inverse, souligne-t-elle lorsqu'on lui souligne qu'elle a fait preuve de beaucoup de courage dans le choix de ses chansons. Une chance unique s'offrait à moi, je voulais que ce soit spectaculaire, je ne voulais pas qu'on m'oublie après deux mois.»

Pour ça, on ne risque pas de l'oublier puisque Johanne Lefebvre s'apprête à faire le lancement d'un premier album, qu'elle a finalisé en 2014 avant d'être appelée pour La Voix.

«C'est un album de reprises de vieilles chansons françaises de la première moitié du 20e siècle que j'appelle les "années gramophone"», laisse-t-elle savoir.

De son passage à La Voix, la résidante d'East Farnham retient d'abord et avant tout «le dépassement de moi-même, le fait d'être allée au bout de ce que j'étais capable de faire et de donner; c'est ça ma grande victoire».

Pierre-Luc Belval

Le Sabinois Pierre-Luc Belval est lui aussi sorti grandi de l'aventure musicale télévisuelle. «Je suis parti, mais je suis parti la tête haute parce que je suis vraiment fier d'où je me suis rendu», dit-il, mentionnant que l'objectif des quarts de finale «est pas mal celui que tous les participants à l'émission ont en tête dès le début».

Sa version rock fougueuse de Méfiez-vous du grand amour, de Michel Rivard, quoique bien marinée à la sauce Éric Lapointe, lui a valu 20 points de la part de son coach, le positionnant en troisième place derrière la gagnante Rosa Laricchiuta et Johanne Lefebvre. Pas pire, quand même, pour quelqu'un qui n'avait jamais entendu cette chanson avant, selon le principal intéressé!

Loin d'être découragé, le jeune homme à la voix rauque entend poursuivre son chemin sur la voie de la musique. «Je vais donner beaucoup de shows, écrire beaucoup de chansons et profiter de la belle visibilité qu'on vient de m'offrir, lance-t-il. J'ai juste 19 ans, je ne vais certainement pas m'arrêter là!»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer