• La Voix de l'Est > 
  • Arts 
  • > Un prix pour la maison de la culture de Waterloo: développer le spectateur de demain 

Un prix pour la maison de la culture de Waterloo: développer le spectateur de demain

Le directeur général de la Maison de la... (photo fournie par Réseau Centre)

Agrandir

Le directeur général de la Maison de la culture de Waterloo, Érick-Louis Champagne, a remporté le Prix Innovation 2015 du Réseau Centre plus tôt cette semaine. On le voit ici en compagnie de la directrice générale du réseau, Carole Kipling.

photo fournie par Réseau Centre

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Marie-Ève Martel</p>
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est

(Waterloo) Donner le goût de la culture aux jeunes, ça rapporte. Le directeur général de la Maison de la culture de Waterloo (MCW), Érick-Louis Champagne, est devenu lundi le neuvième lauréat du Prix Innovation 2015, décerné par le Réseau Centre à Trois-Rivières, pour le programme de bourses culturelles qu'il a mis sur pied l'an dernier.

Le principal intéressé est ravi d'avoir remporté les honneurs lors du forum annuel du réseau regroupant différents diffuseurs de spectacles en région. La forme de son projet a probablement favorisé son initiative par rapport à celles des six autres finalistes, estime-t-il. «Je savais que mon projet avait de bonnes chances, parce qu'il assure une certaine pérennité. Ce n'est pas un projet ponctuel; il revient d'année en année», explique M. Champagne, qui a remporté pour l'occasion un crédit voyage.

Le fait que le programme s'adresse à une jeune clientèle lui a aussi permis de se démarquer. «Il y a quelque chose que j'essaie de créer avec ça, pour une génération plus jeune. Les 15-25 ans, ils sont nés avec la technologie: pour eux, elle a toujours été présente et ils sont souvent blâmés, à tort à mon avis, de ne pas payer pour la musique. Mais ils ont toujours consommé la musique comme ça parce qu'ils n'ont pas appris [à le faire autrement].»

«En même temps, ces jeunes-là n'ont pas assez d'opportunités et d'occasions pour découvrir la musique et pour se développer une curiosité culturelle», poursuit l'instigateur de la bourse, qui en est actuellement à sa deuxième année.

Ouvrir des horizons

Celle-ci vise à ouvrir les horizons culturels des jeunes de 4e secondaire en leur offrant des billets de spectacles inscrits à la programmation de la MCW. «Ce sont des billets pour toute la saison prochaine qui vont être donnés en bourses, explique M. Champagne. Avec ces billets-là, les jeunes vont aller à des spectacles pour lesquels ils ne se seraient peut-être pas déplacés autrement. Ils vont y voir des artistes auxquels ils ne se seraient peut-être pas intéressés s'ils n'avaient pas eu cette opportunité-là.»

Et comme elle est offerte à des jeunes de 4e secondaire, la culture «obtenue» demeure dans l'école et touche d'autres élèves. «Le jeune qui va voir un spectacle le samedi soir, il en parle à ses amis à l'école le lundi, et ça reste dans le campus, avance M. Champagne. Si la bourse avait été donnée à des finissants, par exemple, comme les spectacles ont lieu l'année suivante, on n'en aurait plus entendu parler à l'école.»

En faisant rayonner son idée, Érick-Louis Champagne espère avoir incité d'autres diffuseurs à lui emboîter le pas. «En fait, c'est un peu ce que je souhaite. Je suis le premier à l'avoir fait, mais je suis loin d'avoir envie de garder mon idée [pour moi tout seul], note-t-il. Tant mieux si ça se rend ailleurs: on contribue ainsi à développer le spectateur de demain.»

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer