Des urnes uniques et personnalisées

«Je veux que chaque urne parle plus de... (photo Janick Marois)

Agrandir

«Je veux que chaque urne parle plus de la vie que de la mort, fait valoir Marianne Larochelle. Si la personne aimait les voyages, le jardinage, la musique, le bateau, c'est ça que je veux que les gens retiennent d'elle. Je veux que ça mette en valeur la vie de la personne.»

photo Janick Marois

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Marie-Ève Lambert
Marie-Ève Lambert
La Voix de l'Est

(Granby) Une urne, c'est la dernière représentation matérielle d'une personne décédée. «Le dernier souvenir qu'elle laissera sur cette Terre», d'illustrer Marianne Larochelle. Installée depuis peu à Granby, la potière propose une gamme d'urnes uniques et personnalisées, véritables oeuvres d'art pour accompagner le défunt dans l'au-delà.

«Je veux que chaque urne parle plus de la vie que de la mort, fait-elle valoir. Si la personne aimait les voyages, le jardinage, la musique, le bateau, c'est ça que je veux que les gens retiennent d'elle. Je veux que ça mette en valeur la vie de la personne.»

L'idée d'offrir un tel produit lui est venue il y a quatre ou cinq ans, explique-t-elle. «Le mari d'une amie est décédé d'un cancer et elle m'a demandé d'aller magasiner l'urne avec elle. Et j'ai trouvé l'offre tellement désolante! Des pots en série sans âme, sans personnalité. Je me suis mise à penser que ça serait l'fun d'offrir de belles créations artistiques à la place», raconte Mme Larochelle.

Comme très peu de gens magasinent une urne à l'avance et que le besoin est plutôt pressant lorsqu'il se fait sentir, l'artiste en possède toujours quelques-uns en inventaire. Si on s'y prend assez tôt, cependant, il est possible de passer une commande spéciale.

Chaque urne possède un titre gravé et vient avec un certificat d'authenticité ainsi qu'une carte qui explique d'où vient l'inspiration pour cette création précise, laisse savoir Mme Larochelle.

Et le prix? «C'est peut-être un peu plus cher qu'une urne faite en série, mais ça demeure quand même très accessible et très compétitif. Je pense que mon idée va faire du chemin, que ça va se développer parce que ça répond à un besoin.»

En atelier

Autrefois résidante de Saint-Jean-sur-le-Richelieu, Marianne Larochelle a déménagé ses pénates à Granby en avril dernier. Elle y a également ouvert son atelier de poterie, où elle donne des cours depuis cet automne.

«Je suis plus une coach qu'un professeur, nuance-t-elle toutefois. Je laisse beaucoup de champ libre à mes élèves. Je les guide vers ce qu'ils veulent réaliser plutôt que de les diriger. La création, c'est aller au bout de soi-même, contrairement à la production d'objets, qui manque de profondeur.»

La dame présente également quelques ateliers sous le nom Les poteries de Larochelle, annoncés dans le Granby vous informe.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer