Jimmy Hunt: en mode Chocolat

Jimmy Hunt sera en spectacle avec son groupe... (photo archives La Presse)

Agrandir

Jimmy Hunt sera en spectacle avec son groupe Chocolat ce soir à la Brasserie Dunham.

photo archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Marie-Ève Lambert
Marie-Ève Lambert
La Voix de l'Est

(Dunham) Jimmy Hunt a «réveillé la bête». La bête, c'est son groupe Chocolat, qui avait créé une forte impression en 2007 lors de la sortie de son EP puis d'un premier album, Piano élégant, l'année suivante, avant de plonger dans un profond sommeil le temps que le leader du groupe se consacre à des projets solo.

Deux albums et deux Félix plus tard, l'auteur-compositeur-interprète a senti le besoin de quitter son folk contemporain pour revenir à quelque chose de plus rock, si bien qu'un nouvel album de Chocolat a vu le jour il y a à peine un mois - Tss Tss. La formation sera d'ailleurs de passage à la Brasserie Dunham, ce soir, pour livrer une solide prestation.

«Non, je ne ferai aucune toune de Maladie d'amour (NDLR: son plus récent album solo pour lequel il a remporté deux statuettes au dernier gala de l'ADISQ), avertit le principal intéressé au bout du fil. Là, je suis plus en mode Chocolat, j'avais besoin d'un break de moi-même.»

«C'est ça qui est bien en ayant deux projets complètement différents: quand je suis tanné d'un, je peux me tourner vers l'autre», ajoute-t-il du même souffle.

Pour être synchro avec lui-même, Jimmy Hunt a donc besoin de deux carrières. «Chocolat me manquait par moment ces dernières années, admet-il. C'est une autre énergie sur scène, une énergie de groupe, de musique plus improvisé, quelque chose de beaucoup plus rock qui fait du bien. Quand je vais être écoeuré d'entendre mes oreilles bourdonner, je vais revenir à Jimmy Hunt.»

Retour aux sources

Ce retour aux sources s'est fait de la même manière que son passage du rock à un folk plus minimaliste, en 2010. «J'ai toujours été auteur-compositeur-interprète. Pour Chocolat, c'est moi qui arrive avec des tounes. Mais à ce moment-là, je n'avais plus de musique qui pouvait se greffer à un projet de Chocolat, donc j'ai migré vers autre chose. L'hiver dernier, j'ai écrit deux-trois trucs qui ne pouvaient pas se greffer à mes projets, donc je me suis tourné vers le groupe», explique-t-il.

Au début, il n'était question que d'un spectacle. «Qui n'a finalement jamais eu lieu», tient à préciser Jimmy dans un grand éclat de rire. Puis on a décidé d'entrer en studio pour enregistrer deux ou trois tounes; ç'a finalement donné un album complet.»

Cet album, Tss Tss, ressemble davantage à ce qu'Ysaël Pépin, Brian Hildebrand, Martin Chouinard et lui faisaient avant Piano élégant, indique le chanteur. «Quelque chose de plus garage, plus psychédélique, plus années 60-70-80.»

Un album, résume-t-il, qui malgré les apparences, s'avère plus mature et cadre complètement dans l'évolution naturelle des choses.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer