• La Voix de l'Est > 
  • Arts 
  • > «L'art, c'est aussi ça» - Le collectif d'artistes Plourde/Chapdelaine 

«L'art, c'est aussi ça» - Le collectif d'artistes Plourde/Chapdelaine

Hélène Plourde et Martin Chapdelaine en sont à... (photo Alain Dion)

Agrandir

Hélène Plourde et Martin Chapdelaine en sont à une première collaboration pour leur exposition Suites pour objets et images, présentée à Boréart jusqu'au 23 novembre.

photo Alain Dion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Marie-Ève Lambert
Marie-Ève Lambert
La Voix de l'Est

(Granby) Depuis hier, un drôle de cirque a envahi la galerie Boréart. Objets et images des plus éclectiques s'entremêlent ou s'entrechoquent pour former une exposition pour le moins inusitée. Intitulée Suites pour objets et images, c'est le fruit d'une première collaboration entre l'artiste en arts visuels Hélène Plourde et le photographe Martin Chapdelaine.

Leur travail est on ne peut plus particulier. «Oubliez les natures mortes et les paysages d'automne», avertit M. Chapdelaine dans un grand éclat de rire.

Accrochés aux murs ou juchés sur des piédestaux, une soixantaine d'assemblages en trois dimensions accrochent l'oeil et piquent notre curiosité. Un boulon, une clé, une loupe, un coup de pinceau, un caillou, un vieux pot de yogourt, un fer à repasser démonté, même une vieille coque de bateau... tout est matière à inspiration pour le collectif Plourde/Chapdelaine. Même les trucs les plus banals. Surtout les plus banals.

«Ça ne correspond pas nécessairement aux critères d'esthétisme habituel, reconnaît le duo. C'est plus une proposition à découvrir. On veut intriguer les gens, les sortir de ce qu'ils connaissent, du confort visuel, les amener à se questionner, leur montrer que l'art, c'est aussi ça!»

Objets autonomes

Avant leur collaboration, les deux artistes ne se connaissaient pas vraiment, mais admiraient déjà le travail de l'autre. «J'avais pensé travailler avec elle un jour, mais Hélène m'a approché en premier», explique M. Chapdelaine.

«C'est intéressant parce que les deux, on a un style abstrait, contemporain. Lui, en photo, moi, plus en arts visuels. En collaborant, on s'est découvert un penchant pour travailler les objets», ajoute Mme Plourde.

Le mot «travailler» dans cette phrase n'est pas anodin puisque tous deux collectionnent depuis longtemps des bidules de toutes sortes. «Martin encore plus que moi», glisse Hélène en le taquinant d'un clin d'oeil.

«J'avais déjà intégré des objets dans des toiles, mais là, ça va plus loin, reprend-elle. Les objets sont autonomes en soi, ils sont l'oeuvre. Et ils nous ont amenés dans toutes les directions.»

Pendant un an, les deux artistes ont collaboré à la création de leur projet à raison de deux rencontres par mois. «Ç'a vraiment été une belle expérience d'exploration, affirment-ils à l'unisson. La créativité n'a pas de limites.»

Différents thèmes

Pour chacun d'eux, il s'agit d'une première présence «solo» - dans le sens qu'ils n'ont pas à partager l'espace de la galerie avec d'autres - à Boréart.

«Quand on est venus voir la salle, on a remarqué qu'il y avait comme des divisions avec les cimaises, et on s'en est servi pour créer des zones distinctes», fait valoir Mme Plourde. Leurs créations ont donc été regroupées sous différents thèmes: la nature, le monde animal, l'industriel, la religion, l'urbanité, l'eau, le cosmos, etc.

Le vernissage de Suites pour objets et images aura lieu dimanche après-midi de 13 h à 16 h. La propriétaire de la Galerie Rouge de Cowansville, Mireille Brisset, viendra expliquer brièvement où se situe le collectif Plourde/Chapdelaine dans le contexte artistique actuel. Les deux artistes seront évidemment sur place cet après-midi-là ainsi que tous les week-ends à tour de rôle jusqu'à la fin de leur exposition, le 23 novembre.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer