Alex Nevsky ne fera plus de paninis

Alex Nevsky a reçu le Félix de l'interprète... (Photo Olivier Jean, La Presse)

Agrandir

Alex Nevsky a reçu le Félix de l'interprète masculin de l'année lors du 36e Gala de l'ADISQ, célébré dimanche soir.

Photo Olivier Jean, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Comme des centaines de milliers de Québécois, j'ai regardé le Gala de l'ADISQ dimanche soir. J'ai beau avoir laissé les arts pour le sport à La Voix de l'Est, mon intérêt pour la culture n'a pas diminué.

Le Gala de l'ADISQ ou, si vous préférez, le triomphe d'Alex Nevsky. Notre Alexandre Parent, un ancien joueur de soccer des Cosmos, devenu Alex Nevsky, star québécoise de la musique.

Après que Nevsky eut remporté son deuxième Félix, ma belle Marie m'a lancé: «Tu sais quoi, chéri? C'est encore lui qui faisait les meilleurs paninis en ville!»

Car avant qu'il ne déménage dans la grande ville, avant qu'il ne devienne une star, Alex travaillait dans un café branché de la rue Principale (chez Madame Hortense, on peut bien vous le dire) et il faisait de la bouffe. Et ma femme est allée le voir une fois et puis une autre pour qu'il lui prépare un bon panini. En fait, pour tout vous dire, c'est moi qui allais le voir et qui commandais et c'est elle qui mangeait le sandwich à la maison...

À l'époque, Alex rêvait de faire carrière dans la musique, il rêvait de vivre de son art. Et il avait l'air un peu dans son monde, dans sa bulle, derrière son comptoir. Si vous ne saviez pas qu'on avait affaire à un musicien, il pouvait avoir l'air un peu «space», comme dirait l'autre.

Mais ses paninis étaient bons, très bons à part ça, et ma belle Marie en redemandait tout le temps. Et chaque fois que je débarquais chez Madame Hortense, je piquais une jasette à Alex, question de savoir s'il préparait un album, un show, quelque chose. Et ça faisait quelques lignes dans La Voix de l'Est du lendemain.

Mais un jour, j'ai fait un peu de peine à Alex. Au lendemain de sa participation au Festival de la chanson, en 2009, je n'ai pas crié au génie dans le journal. Je l'avais trouvé bon, sans plus, émettant même certaines réserves sur son style. Du genre timide, il n'avait pas osé me reprocher mes commentaires... et il avait continué à faire des paninis pour ma douce.

Hier, Alex Nevsky a fait la une de La Voix de l'Est. Depuis dimanche soir, son visage est partout, dans toutes les télés, dans tous les médias. Et en bon Granbyen, je suis fier de lui.

Aujourd'hui, Alex ne fait plus de paninis. Ni pour ma femme, ni pour personne. Il mène une brillante carrière et il réussit à faire ce que peu d'artistes, au final, réussissent à faire: vivre de leur art.

Bravo, jeune homme! Et même si ce n'est pas toi qui vas le préparer, il y en a une qui va prendre une bouchée de panini à ta santé...

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer