Isabeau Corriveau lance La joueuse de harpe

Ça faisait trois ans qu'Isabeau Corriveau travaillait sans... (Photo fournie)

Agrandir

Ça faisait trois ans qu'Isabeau Corriveau travaillait sans le savoir à ce projet.

Photo fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Marie-Ève Lambert
Marie-Ève Lambert
La Voix de l'Est

(Granby) Ce devait être un simple outil pédagogique. Ça s'est finalement transformé en un recueil de partitions - un tout premier pour Isabeau Corriveau - accompagné d'un CD. Et c'est ce soir que le lancement du matériel intitulé La joueuse de harpe se tiendra.

«Je suis vraiment contente, vraiment fière du résultat», lance Isabeau, fébrile au bout du fil.

Ça faisait trois ans que la professeure travaillait sans le savoir à ce projet. «Au début, j'ai commencé à composer des pièces simples et jolies. Je voulais apporter du nouveau matériel pour rendre l'apprentissage de la harpe plus agréable auprès de mes élèves. En avançant dans ce projet, j'ai réalisé que ces pièces étaient plus qu'un outil pédagogique, mais aussi de douces mélodies touchantes et agréables à écouter et on me demandait souvent si je les avais enregistrées sur disque», indique-t-elle.

Pour faire un album complet, il manquait cependant deux morceaux. «J'ai décidé d'y inclure La valse du petit prince, une chanson que j'ai composée pour mon fils, mon petit prince, un soir qu'on s'est mis à danser lui et moi dans le salon», raconte-t-elle.

La dernière composition a quant à elle été créée une semaine après les funérailles de la petite Zoé Bernard, en février. «Cette histoire m'a beaucoup touchée et j'ai senti le besoin d'écrire quelque chose en sa mémoire», dit Isabeau. Ainsi est née la pièce Hommage à une princesse.

Le tout, autoproduit, a été enregistré il y a quelques mois, dans la résidence d'un ami résidant à Saint-Pacôme de Kamouraska «dans une pièce toute en bois rond à l'acoustique incroyable», fait savoir la harpiste.

Pour piano aussi

Celle-ci mentionne par ailleurs que le titre du matériel provient de la méconnaissance des gens du terme harpiste. «Plusieurs ne connaissent pas le mot et m'ont simplement surnommée la joueuse de harpe», rapporte-t-elle en riant.

Celle qui enseigne également depuis septembre au cégep de Sherbrooke indique que les 11 pièces du recueil s'adaptent parfaitement au piano puisque la musique y est notée de la même façon pour les deux instruments. Suffit de faire abstraction du doigté pour harpe. «Mais on peut très bien adapter les morceaux à d'autres instruments si on s'y connaît», laisse-t-elle entendre.

Le lancement de La joueuse de harpe se fera ce soir à Boréart dès 19 h. Isabeau Corriveau interprétera quelques-unes de ses compositions et recueils et albums seront en vente. Le livre de partitions vient avec le CD inclus, mais il est possible d'acheter le disque seul.

Il s'agit d'un deuxième album de compositions pour Isabeau; le premier, Pour mieux rêver, a vu le jour en 2011.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer