Bromont en couleurs dans le rouge

Malgré un achalandage décevant, l'organisateur et producteur de... (photo Maxime Sauvage)

Agrandir

Malgré un achalandage décevant, l'organisateur et producteur de Bromont en couleurs, Jonathan Colin, affirme avoir reçu de nombreux commentaires positifs au cours de la fin de semaine.

photo Maxime Sauvage

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Marie-Ève Martel</p>
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est

(Bromont) Pour sa première présentation, Festival Bromont en couleurs n'aura pas eu le succès espéré, malgré la pluie de commentaires positifs reçus par les organisateurs. Un peu moins du tiers du nombre de passeports que l'on espérait vendre a trouvé preneur, si bien que l'événement encaissera un déficit d'au moins 45 000$.

«On n'a vraiment pas eu le nombre de gens qu'on attendait. Mille cinq cents passeports ont été vendus: on visait 5000. C'est loin de l'objectif désiré et on est en déficit de beaucoup. Ma tête était sur le bûcher et la hache est tombée», illustre le producteur Jonathan Colin, qui a mis «son coeur et sa chemise» dans l'organisation de la fête familiale.

Les spectacles présentés en soirée, même s'ils se sont déroulés sans anicroche, n'ont pas su attirer les foules souhaitées. «Je m'attendais à ce que Marc Dupré attire plus que 900 personnes. Il n'y avait pas 1000 personnes [samedi soir]. Et pour Dany Bédar, encore moins. Je suis très déçu, mais les artistes ont livré une performance "wow" et beaucoup de gens sont venus me dire personnellement que c'était cinq étoiles», affirme le comédien et humoriste.

L'averse et le temps frisquet de samedi pourraient avoir contribué à miner l'achalandage de l'événement en milieu d'après-midi. Dimanche, un plus grand nombre de personnes a profité du beau temps pour explorer les cinq zones aménagées de part et d'autre du village.

Or, la zone jeunesse a dû être déplacée près du centre culturel, et quatre exposants devant s'y produire, dont des clowns et des maquilleurs, ne se sont jamais présentés. «Ça fait partie des imprévus», laisse tomber M. Colin.

Les commerçants divisés

Ce fut somme toute une bonne fin de semaine pour les commerçants, qui n'ont pas chômé alors qu'ils approchent d'une période plus creuse. Mais ceux-ci n'étaient pas unanimes à savoir si cet achalandage était davantage dû à Bromont en couleurs ou tout simplement aux couleurs de Bromont.

«Je pose beaucoup de questions aux gens et pour une première édition, je suis étonnée de voir combien il y a de gens qui disent être ici pour Bromont en couleurs», indique Nicole Gélineau, propriétaire de la boutique Bibop et Loula.

«On a demandé à nos clients, pour savoir, et les gens ne savaient pas qu'il y avait un événement, affirme pour sa part Joliane Bolduc, de la boutique Ema Rose. J'ai des clients réguliers qui n'étaient même pas au courant que ça avait lieu. Mais que ce soit une longue fin de semaine d'automne, oui, ça nous a aidés.»

«Il y a eu plusieurs événements en fin de semaine, avance Marie-Krystelle Audet, du Musée du chocolat. Ça a définitivement aidé, car il y a un peu plus de monde dans la boutique et même dans la salle à manger.»

Un retour malgré l'adversité?

Un bilan de Bromont en couleurs aura lieu sous peu. «La poussière n'est pas encore retombée, avance le producteur. Il y a des choses qu'on va décanter, qu'on va améliorer et qu'on va changer. Mais l'important, c'est que le public était content. C'est incroyable le nombre de commentaires positifs que j'ai reçus.»

Car malgré l'adversité, l'événement pourrait être de retour l'an prochain.

«Je rencontre la Ville de Bromont bientôt; si elle finance l'événement, on devrait être de retour l'an prochain», indique M. Colin. Rappelons que la municipalité n'a pas soutenu financièrement le festival automnal pour sa première année.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer