Hugues Clément, artiste audiovisuel

Hugues Clément... (photo Alain Dion)

Agrandir

Hugues Clément

photo Alain Dion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Ève Lambert
Marie-Ève Lambert
La Voix de l'Est

(Granby) Ces dernières années, il est allé en Belgique, en Islande et en Chine. Cet été, il était aux Pays-Bas, il s'envole demain pour Moscou et a New York ainsi que Paris dans sa mire pour l'an prochain. Mais qu'est-ce qui fait voyager autant Hugues Clément? Son art, son métier: l'audiovisuel.

Pour les non-initiés, l'art audiovisuel, explique le Granbyen de 26 ans, c'est une branche de l'art médiatique. Ou, en quelque sorte, «de l'art visuel moderne accompagné d'une trame musicale», si vous préférez. Le tout est fait par ordinateur et grâce à diverses autres technologies.

Deux techniques ou ramifications qu'il utilise sont le mapping et le VJing. Le premier consiste à projeter des images sur des surfaces déjà existantes comme des murs de bâtiments - comme l'a fait Robert Lepage avec son Moulin à images à Québec - tandis que le second est plutôt un mix d'images live. «C'est comme un DJ, mais avec des images», illustre l'artiste.

À Moscou dans les prochains jours, c'est une création réalisée grâce à chacune de ces techniques qu'il présentera au Circle of Light - «l'équivalent de Montréal en lumière», dit-il en guise de comparaison.

«La première, Feeling Spaces, aura des influences électros-techno-fluo et va aller plus dans le surréalisme que l'abstrait - très, voire trop, exploité en art audiovisuel», explique Hugues Clément. «Je fais beaucoup dans le 3D et on aura l'impression que je fais des trous dans le mur où ça sera projeté», ajoute-t-il.

La seconde création sera composée de photos de paysages d'Islande - où il s'est rendu il y a deux ans -, modifiés au goût du jour avec des formes géométriques, laisse-t-il savoir.

Curriculum

Hugues Clément est bachelier en musique électroacoustique «dans un cursus axé sur la création vidéo» à l'Université de Montréal. Il a entre autres fait des stages à l'INIS et à la SAT (Société des arts technologiques).

Récemment, il a remporté le premier prix du concours international The Crystal Interface du Festival EM15 au Musée d'art contemporain de Montréal avec son projet GLEAM, qui sera prochainement diffusé à Buenos Aires, Marseille, Milan, Seattle et Gdansk (Pologne). Dichotomie, la création qu'il a présentée cet été au Live Performers Meeting des Pays-Bas, sera pour sa part présentée dans le volet d'art médiatique du Festival international du cinéma francophone en Acadie à Moncton, au Nouveau-Brunswick, en novembre.

«Je terminerai l'année avec la création de contenu visuel pour la satosphère de la Société des arts technologiques de Montréal», laisse aussi savoir celui qui réussit depuis peu à vivre de son art et son métier.

«Ce qui est l'fun avec ça, c'est que ça me permet d'allier mes deux passions: la création et les voyages», note-t-il, tout sourire.

Éventuellement, Hugues Clément aimerait devenir directeur artistique ou travailler en design d'animation. «Mais j'ai juste 26 ans, et ce que je fais en ce moment m'apporte beaucoup dans ma démarche artistique, dit-il. Je veux prendre mon temps.»

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer