Les paysages de Sutton à l'honneur à Toronto

Le séjour de l'artiste cowansvilloise Kylie Sandford à... (Photo Étienne Fortin-Gauthier)

Agrandir

Le séjour de l'artiste cowansvilloise Kylie Sandford à Toronto pourrait avoir des retombées imprévues, alors que des propriétaires de galeries d'art ont déjà montré de l'intérêt pour ses oeuvres.

Photo Étienne Fortin-Gauthier

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Étienne Fortin-Gauthier
La Voix de l'Est

(Toronto) Les paysages de Sutton ont été à l'honneur toute la fin de semaine à Toronto, grâce à l'artiste Kylie Sandford. La Cowansvilloise a été sélectionnée pour participer à la plus grande exposition d'art en plein air au pays, qui se déroule annuellement dans la Ville Reine. Des retombées imprévues pourraient bien attendre l'artiste d'ici peu.

Le Toronto Outdoor Art Exhibition accueille chaque année un peu plus de 200 artistes de partout au pays. Chacun d'eux est trié sur le volet par un jury, reconnu pour sa sévérité. L'exposition, qui en est à sa cinquantième édition, attire quelque 100 000 visiteurs par année.

La popularité de l'événement a profité rapidement à Kylie Sandford. À peine installée aux abords de Bay Street, vendredi, elle réalisait sa première vente. «Une femme s'est arrêtée et deux minutes plus tard, elle m'achetait une toile. Elle voulait s'assurer que personne d'autre ne la lui prenne!», raconte-t-elle, fière d'avoir pu conquérir aussi rapidement le coeur d'une Torontoise avec son art.

Plus qu'un grand marché d'art à ciel ouvert, l'événement est une occasion pour Mme Sandford de se faire connaître d'une clientèle aisée, prête à débourser des milliers de dollars pour obtenir des oeuvres uniques. L'artiste a reçu la visite de nombreux financiers de Bay Street qui ont observé avec attention ses oeuvres. «Les gens du milieu des affaires peuvent se permettre de s'acheter une grande toile pour décorer leur maison... et une autre pour leur chalet !», lance-t-elle.

Kylie Sandford est née à Toronto, mais a passé la majeure partie de sa vie au Québec. Son visage et ses oeuvres ne sont certainement pas inconnus de plusieurs citoyens de la région, puisqu'elle est une habituée du Festiv'Art de Frelighsburg. L'artiste peint à l'huile et a recours au trompe-l'oeil pour réaliser ses paysages et ses scènes naturelles issus des forêts de Brome-Missisquoi. En jouant avec les effets de transparence et les ombrages, elle réussit avec ses pinceaux à se rapprocher de la qualité visuelle d'une photo.

Rallumer la flamme

Diplômée du programme des Beaux-arts de l'Université Concordia en 1993, Kylie Sandford n'a pas eu un parcours facile. À sa sortie des bancs d'école, l'artiste de coeur décidera de mettre sa passion de côté pour mettre du pain sur la table. Pendant une quinzaine d'années, elle réalisera des faux finis décoratifs dans les maisons de particulier.

Tous les détails dans notre édition de mardi

Abonnez-vous à La Voix de l'Est

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer