Giorgia Fumanti à la conquête du Québec

«J'ai envie de continuer à faire de beaux... (photo archives le droit)

Agrandir

«J'ai envie de continuer à faire de beaux albums et à élargir mon public, laisse savoir Giorgia Fumanti. J'ai encore beaucoup à développer au Québec, et ça me donne de l'énergie.»

photo archives le droit

Partager

Sur le même thème

Marie-Ève Lambert
Marie-Ève Lambert
La Voix de l'Est

(Granby) Giorgia Fumanti a quitté sa Toscane natale il y a 10 ans pour s'établir au Québec en compagnie de celui qui allait devenir son gérant, son mari et le père de sa fille aujourd'hui âgée de trois ans et demi. Étrangement, c'est en s'exilant hors de l'Italie, terre d'opéra par excellence, que les portes se sont toutes grandes ouvertes pour la soprano. Pour célébrer sa première décennie de carrière, elle nous présente un album double, Collection, composé de 33 de ses plus grands coups de coeur, qu'ils soient nouveaux ou qu'ils aient contribué à faire d'elle la star internationale qu'elle est aujourd'hui. Et elle profite de ce sixième opus pour s'offrir - et offrir à son public - une première tournée québécoise, qui l'amènera au Palace de Granby demain soir.

 

 

 

 

«J'en suis encore aux tout débuts, c'est la quatrième place que je vais faire», dit-elle dans un français impeccable au bout du fil, en direct de Pittsburgh.

En compagnie de quatre musiciens sur scène, Giorgia Fumanti interprétera plusieurs des titres qui figurent sur Collection - What a Wonderful World, The Rose, I Have a Dream, La maison sous les arbres, Espiritu... - «en toute simplicité, à travers la beauté et la magie de la musique». «Je vais même faire mon duo virtuel avec Luciano Pavarotti», mentionne celle qui, aujourd'hui, se trouve à Guangzhou en Chine pour chanter devant près de 20 000 personnes et des millions de téléspectateurs.

Faire le point

Mais Collection, c'est bien plus qu'un recueil de coups de coeur pour souligner 10 ans de carrière. C'est également le symbole du bébé qui n'est jamais né - l'album est sorti à la fin octobre, au moment où devait naître son deuxième enfant, perdu à la suite d'une fausse couche. Et c'est surtout le fruit d'un important besoin de faire le point.

Tous les détails dans notre édition de samedi

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer