Marie-Ève Janvier et Jean-François Breau renouent avec Don Juan

La nouvelle troupe de Don Juan. Les filles:... (photo Janick Marois)

Agrandir

La nouvelle troupe de Don Juan. Les filles: Amélie B. Simard, Marie-Ève Janvier et Natasha St-Pier; les gars: Jonathan Roy, Étienne Drapeau, Jean-François Breau et Normand Lévesque. Reste à créer cette chimie absolument nécessaire au succès d'un show de cette envergure.

photo Janick Marois

(Montréal) «Don Juan a changé notre vie professionnelle et personnelle. C'est quelque chose de très important avec lequel on renoue, Jean-François et moi.»

Marie-Ève Janvier avait 18 ans lorsqu'elle a embrassé la grande aventure de Don Juan. Aujourd'hui, à 27 ans, elle fait figure de vétérane au sein de la nouvelle troupe. Pas en raison de son âge, mais en raison de sa connaissance du spectacle, qu'elle a joué des centaines de fois et qu'elle s'apprête à jouer de nouveau.

Au milieu de la salle de répétition, où La Voix de l'Est avait été invitée, Marie-Ève est sûre d'elle. Lorsqu'elle parle à Natasha St-Pier, la nouvelle Elvira, cette dernière écoute attentivement. Félix Gray, le concepteur de Don Juan, a mandaté Marie-Ève pour voir à ce que les voix féminines s'harmonisent bien, et la jeune femme prend manifestement son rôle au sérieux.

«Don Juan, c'est notre famille, explique Marie-Ève, sous l'oeil approbateur de Jean-François, son chum, Don Juan en personne. On a vu naître ce spectacle-là, on l'a vu grandir, on en a même fait notre deuil à un moment donné. Je suis contente de me glisser de nouveau dans la peau de Maria.»

Maria, qui est en amour avec Don Juan. Comme Marie-Ève, qui est tombée amoureuse de Jean-François pendant la première vie du show musical. Mais quand on suggère à Marie-Ève que le couple reprend simplement là où il avait laissé, elle n'est pas tout à fait d'accord.

«Je suis plus mature aujourd'hui. Je relisais les paroles des chansons, l'autre jour, et je sais que je ne les chanterai plus de la même façon parce qu'elles ont aujourd'hui une autre signification à mes yeux. Quand on parle d'aimer quelqu'un comme il est, avec ses petits défauts, je comprends davantage ce que ça veut dire aujourd'hui. Je suis plus mature et, du coup, mon personnage le sera davantage aussi.»

Tous les détails dans notre édition de samedi

Abonnez-vous à La Voix de l'Est

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer