Voilà

«Mais ça, c'est moi: un peu misanthrope sur... (Archives La Voix de l'Est)

Agrandir

«Mais ça, c'est moi: un peu misanthrope sur les bords. J'aime les gens, mais à petite dose. Je mets ça sur le compte de mon enfance solitaire.»

Archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pascal Faucher
La Voix de l'Est

Ouf, j'ai survécu aux cours prénataux. (Pour les nouveaux qui se joignent à cette chronique hebdomadaire, je précise que je suis journaliste à La Voix de l'Est, j'ai 39 ans, pas de cheveux - d'où le titre -, je viens de me faire opérer au genou, ma conjointe Désirée est enceinte de huit mois et j'aime écrire des phrases fantasques. Voilà.)

J'exagère, bien sûr: c'était bien les cours prénataux. Et l'infirmière qui les donnait, la sémillante Maryse Martin, est une merveille. Non seulement elle a réponse à tout, mais elle distribue son savoir avec un entrain et une bonhomie contagieux. Aucun sujet n'est tabou - c'est sûr, c'est une infirmière, tsé - et aucune question ne la déstabilise.

Il fallait la voir rester calme et enjouée quand un participant a exprimé son agressivité envers les... infirmières, diffusant un malaise dans toute la coquette salle du sous-sol de l'Hôpital de Granby.

C'était ma principale crainte envers les cours prénataux. Les autres. L'enfer c'est les autres, disait Jean-Paul Sartre (ou peut-être était-ce Julie Snyder, je ne m'en souviens plus). On m'avait prévenu: tu vas voir, y'a toujours au moins un épais qui fait des blagues déplacées et rigole chaque fois que l'infirmière prononce les mots «vagin», «pénis» et «topinambour».

Par chance, ce n'est pas arrivé. Mais il y a eu le monsieur avec ses menaces corporelles qui m'a fait soupirer intérieurement pendant une semaine. La plupart des gars sont peu enclins à assister à des cours prénataux. Je ne faisais pas exception, justement par crainte d'avoir à endurer des énergumènes.

Mais ça, c'est moi: un peu misanthrope sur les bords. J'aime les gens, mais à petite dose. Je mets ça sur le compte de mon enfance solitaire.

Bref, tout s'est bien terminé, et Désirée est (un peu) rassurée. L'accouchement lui fait peur, voyez-vous. J'ai beau essayer de la rassurer, mais rien n'y fait. Alors j'opte pour la psychologie inversée: ÇA VA FAIRE TRÈS MAL! TU VAS SOUFFRIR LE MARTYRE! Ça ne marche pas non plus. Alors je cesse d'en parler.

Sinon, elle va bien, sauf qu'elle a mal au nerf qui est situé à l'est de son corps, je crois que c'est pour ça qu'on l'appelle le nerf asiatique. Évidemment, personne ne me demande comment MOI je vais, mais je vais vous répondre quand même. Ça va, je ne suis pas trop nerveux, je parle au bébé et je lui fais écouter la musique de La Guerre des étoiles de façon extra-utérine en espérant qu'elle aime ça plus tard.

(C'est ce qu'on appelle un voeu pieux. En général, les filles n'aiment pas Star Wars. Je ne comprends pas pourquoi. Y'a une princesse dedans. Que voulez-vous de plus?)

Ho ho ho!

À part ça, comme pour la plupart des hommes, je suis plus ou moins conscient de ce qui s'en vient parce que je ne la porte pas dans mon ventre. Je ne peux que me préparer psychologiquement. C'est pourquoi j'accueille les 27 conseils quotidiens me recommandant de dormir maintenant parce que plus tard, ha ha ha, tu ne pourras plus! , hi hi hi, ho ho ho! , s'esclaffent-ils comme des enfants devant un show de clowns.

Premièrement, il n'y a rien de drôle là-dedans, et deuxièmement, comment engranger du sommeil? Ça ne se fait pas, alors lâchez-moi avec ça. De toute façon, se réveiller durant la nuit, c'est la job de la femme, non? C'EST UNE BLAGUE.

Sur ce, continuez à m'écrire, tous vos commentaires sont appréciés. Un merci tout particulier à Pierrette Lussier, la SEULE lectrice à m'avoir envoyé une carte de prompt rétablissement du genou gauche avant mon arrêt de travail annoncé dans ma précédente chronique, il y a deux mois.

Je sais maintenant qui va recevoir un cadeau à Noël et qui n'en recevra pas.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer