Excitation

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pascal Faucher
La Voix de l'Est

Cette fois-ci, c'est vrai. Enfin, j'espère!

Tout semble indiquer que ma semence a fonctionné pour de bon. Désirée est rendue à sa 11e semaine de grossesse et nous avons entendu le coeur du bébé, récemment.

Enfin, on m'a dit que c'était le coeur du bébé et j'y ai cru. Même si ça sonnait davantage comme des coups de vent dans un couloir étroit. Ou des petits Harry Potter qui passent furtivement au-dessus de ma tête sur des balais volants.

Bref, des «swoosh» comme le logo de Nike qui fait du bruit, mais très rapide. En tous cas, ça nous a rassurés... et réaffirmé mes intentions d'économiser.

Selon les calculs du médecin, le Faucher nouveau devrait voir le jour le 1er janvier prochain. Or, la date prévue n'est respectée que par 40% des nouveau-nés, à ce qu'on m'a dit. S'il n'est pas ponctuel, il aura droit à sa première remontrance de ma part. Tout comme je serai déçu s'il ne fait pas la une de La Voix de l'Est le 2 janvier prochain. Ben non, je rigole.

Des suggestions de nom? Pour un gars, je penche pour Herménégilde, et pour une fille, Cunégonde. Ben quoi? Ce sont de beaux noms moyenâgeux comme il ne s'en fait plus. Désirée n'est pas d'accord, bien sûr, et comme elle a un droit de veto, ça sera probablement un nom plus moderne. Genre, pas Pascal. Plus personne ne s'appelle Pascal. C'est triste. Pascal, c'est synonyme de Pâques, de joie, de chocolat, qui n'aime pas ça?

Et comme vous vous posez sûrement la question, Désirée va bien quoiqu'un peu fatiguée par 1) la grossesse; et 2) ses élèves de cinquième année du primaire beaucoup trop excités par la fin de l'année pour se concentrer sur quoi que ce soit.

On dirait aussi qu'ils repoussent les limites de l'imagination pour faire des bêtises. L'un d'eux a décidé qu'il rentrait dans une balançoire pour poupons, cette semaine. Devinez la suite. Il a été incapable d'en ressortir et les pompiers ont dû être appelés pour découper la chaise.

Mais peut-on blâmer les enfants? C'est long, l'école. Même si, rendus adultes, on aurait bien le goût d'y retourner, comme chantait Joe Dassin dans Les jardins du Luxembourg.

Rivalité

Les amateurs d'improvisation - et tous les gens ouverts d'esprit qui veulent rire un brin dans une ambiance bucolique - ont rendez-vous les dimanches soirs sous le chapiteau du parc Miner, à Granby.

Jusqu'au 23 août s'y tiennent les matchs de la coupe Victoria, nommée ainsi parce que... les joutes avaient lieu dans ce parc-là l'an passé.

Huit équipes composées de jeunes et moins jeunes provenant du secondaire, du cégep et de la ligue La BUCK, qui performe au Pub du village en temps normal, rivalisent de créativité et de folie dans des sketchs aux thèmes et au ton imposés, comme il se doit, et sous l'oeil attentionné et un peu tyrannique d'un arbitre.

J'ai pu constater la dernière fois que la qualité des échanges était relevée et que l'ambiance, parsemée d'effluves de crème glacée, était résolument bon enfant. Bref, on passe un bon moment au parc Miner les dimanches soir de 18h à 20h30, et c'est gratuit.

Pour l'horaire de la saison, consultez la page Facebook de la coupe Victoria. Si vous ne connaissez pas encore Facebook, c'est le moment ou jamais d'apprivoiser ce réseau social plutôt fourre-tout, mais divertissant.

Cadeau

Dans les reportages sur la récente tuerie de Charleston aux États-Unis - la 928e de l'année, je crois - un passage m'a marqué. «Selon un de ses oncles, (le tireur) Dylann Roof avait reçu un pistolet de calibre 45 en cadeau d'anniversaire, en avril dernier.»

Ça résume pas mal la situation au pays de l'oncle Sam. Les mongols ne sont pas à Québec, oh que non.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer