Des services adaptés aux réalités des régions

Lise Faucher et Isabelle Brochu, respectivement présidente et... (Christophe Boisseau-Dion)

Agrandir

Lise Faucher et Isabelle Brochu, respectivement présidente et directrice générale du Centre d'aide aux entreprises Haute-Yamaska et région.

Christophe Boisseau-Dion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Cynthia Laflamme
La Voix de l'Est

(Granby) Le Centre d'aide aux entreprises Haute-Yamaska et région a versé près de 2 M $ aux entrepreneurs de la région, a-t-on dévoilé lors de la présentation du rapport annuel de l'organisme, mercredi.

Le CAE avait d'abord autorisé des prêts d'un total de 2,8 M $ pour 30 dossiers, mais les impondérables ont fait que seuls 21 prêts totalisant 1 933 704 $ ont été déboursés. Cet argent a permis la création ou le maintien de 119 emplois et a généré 4,5 M $ en investissements par les entrepreneurs.

Un peu plus de 57 % de cette somme a été accordée dans la MRC de la Haute-Yamaska, près de 36 % dans Brome-Missisquoi, et le reste dans la MRC des Maskoutains, pour un projet à Saint-Pie. Aucun projet n'a été accepté dans la MRC de Rouville.

L'année 2016-2017 a été marquée par l'actualisation des services du CAE aux réalités des régions, explique sa présidente, Lise Faucher. 

Nouveau fonds FIJE 

Le Fonds pour jeunes entrepreneurs n'aura connu qu'une année d'existence. Quatre jeunes gens d'affaires ont pu profiter de l'enveloppe dédiée de 250 000 $. 

Pour mousser l'entrepreneuriat, le CAE a décidé de modifier ce fonds qui, depuis peu, s'adresse non seulement aux jeunes de 39 ans et moins, mais aussi aux femmes et aux immigrants, qu'importe leur âge. Ce fonds porte maintenant le nom de FIJE (Femmes, des Immigrants et des Jeunes Entrepreneurs). 

Soutien aux petites entreprises (SAPE) a connu un succès exceptionnel, a souligné la directrice générale du CAE, Isabelle Brochu. « Neuf entreprises ont pu entreprendre le virage numérique et intégrer les nouvelles technologies des communications. » Le programme est reconduit cette année et, déjà, Mme Brochu annonce qu'il ne reste presque plus de places pour obtenir ce soutien.

Entrepreneurship au féminin a une fois de plus fait ses preuves avec ses ateliers qui ont permis à 48 femmes de valider leur projet d'affaires. Quarante pour cent d'entre elles ont déjà démarré leur entreprise. Enfin, 23 personnes ont eu accès à un mentor avec la cellule de mentorat du CAE.

En ce qui a trait à l'année en cours, le CAE s'est fixé un objectif de 2 M $, soit quelque 600 000 $ de moins que celui de l'an dernier.

« On s'est aperçus que la préoccupation première n'est pas d'obtenir du financement, parce qu'il y a plusieurs façons d'en avoir aujourd'hui. Notre rôle change un peu avec le démarrage d'entreprises. [...] Je pense bien qu'on va être en voie de le dépasser, confie Mme Brochu. On a autorisé 1,1 M $ depuis avril. Ça s'enligne pour être une bonne cuvée. »




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer