Les affaires en bref

L'auberge Joli-Vent a récemment changé de propriétaires. Les associés Simon... (Le Soleil)

Agrandir

Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Voix de l'Est

L'auberge Joli-Vent a récemment changé de propriétaires. Les associés Simon Lemire et Dany Fournier ont tenu, jeudi soir, un 5 à 7 pour souligner l'arrivée de la nouvelle administration et présenter les projets pour l'avenir de cette auberge de Lac-Brome.

En plus de poursuivre la vocation initiale de l'auberge, fondée au début du 20e siècle, les deux nouveaux propriétaires veulent pousser davantage le volet des réunions de groupe. L'auberge a tout pour offrir un lac à l'épaule pour une dizaine de personnes, explique M. Fournier, également conférencier. Ils désirent également accueillir davantage de mariages et offrir des repas en semaine selon la demande.

Autre objectif, M. Fournier et Simon Lemire (kinésiologue et propriétaire de Fix énergie) souhaitent utiliser l'auberge au bénéfice de leur carrière respective, que ce soit en organisant des séminaires ou en recevant des clients de Fix énergie. La Voix de l'Est

Les États-Unis lancent la procédure pour renégocier l'ALÉNA

Les États-Unis ont officiellement annoncé qu'ils désiraient renégocier l'Accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA), donnant ainsi le coup d'envoi à une période de consultation de 90 jours qui précédera le début de discussions formelles.

Le coup de départ de la procédure a été donné jeudi matin dans une lettre du représentant américain au Commerce, Robert Lighthizer.

Dans une déclaration, le secrétaire américain au Commerce, Wilbur Ross, a indiqué que de nouvelles règles seraient dorénavant privilégiées par les États-Unis en ce qui a trait à ses échanges commerciaux.

«Avec cette lettre, nous cherchons à informer le Congrès, et tous nos partenaires commerciaux, qu'un commerce libre et juste est la nouvelle norme pour les accords commerciaux des États-Unis», a-t-il expliqué dans sa déclaration.

La Maison-Blanche considère que l'ALÉNA, un accord en vigueur depuis 1993, est injuste.

«Depuis la signature de l'ALÉNA, nous avons vu notre industrie manufacturière être décimée, nos usines fermées et d'innombrables travailleurs sans emploi. Le président Trump va changer cela», a affirmé M. Ross.

«Je suis impatient de travailler avec le président, l'ambassadeur Lighthizer et nos homologues du Mexique et du Canada pour trouver une solution qui est à la fois juste et qui profite à toutes les parties.»

La ministre canadienne des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, a bien accueilli ce développement - qui était largement attendu - et a promis de consulter les Canadiens au sujet de la meilleure façon d'aller de l'avant. La Presse canadienne




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer