Zénith Altitude prend son envol

Zénith Altitude a choisi l'aéroport de Bromont pour... (Janick Marois, La Voix de l'Est)

Agrandir

Zénith Altitude a choisi l'aéroport de Bromont pour lancer ses activités. On voit ici l'un des cofondateurs de l'entreprise, Mikaël Cardinal aux côtés du DG de l'aéroport, Robert Blais.

Janick Marois, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jean-François Guillet
La Voix de l'Est

(Bromont) L'aéroport Roland-Désourdy devrait fourmiller d'activités encore davantage au cours des mois à venir. En effet, Zénith Altitude, une jeune entreprise spécialisée dans l'ingénierie aéronautique, vient de lancer ses activités sur le vaste site de la rue du Ciel à Bromont. L'un des fondateurs de la PME, Mikaël Cardinal, prévoit créer une trentaine d'emplois d'ici cinq ans.

Mikaël Cardinal caressait depuis longtemps le rêve de se lancer en affaires. Chargé de cours à l'Université de Sherbrooke en génie mécanique et consultant dans le secteur aéronautique, il a décidé de plonger avec son associé, Renaud Berthelot-Richer. L'aéroport Roland-Désourdy s'est rapidement retrouvé en haut de la liste des endroits où établir leur quartier général. « On travaille sur notre projet depuis plus d'un an avec la SODEB (Société de développement économique de Bromont) et le CLD Brome-Missisquoi. On voulait lancer notre entreprise près d'un aéroport régional. Celui de Bromont est parfait pour nos besoins en plus d'être bien situé géographiquement, a indiqué le résidant de Magog. En plus, on trouvait ça très intéressant de se retrouver dans un pôle technologique bien reconnu. »

En fait, la compagnie se spécialise dans la conception et l'intégration de produits dérivés pour l'industrie aéronautique, notamment pour les avions et les hélicoptères. À la panoplie de services d'ingénierie offerts s'ajoute, entre autres, la certification par Transport Canada de produits destinés à l'aviation civile. 

De son côté, le directeur général de l'aéroport, Robert Blais, voit l'arrivée de Zénith Altitude comme une « preuve du dynamisme » de la région. « Si de jeunes entrepreneurs ont choisi de se lancer en affaires ici, ce n'est pas pour rien. Les tarifs de location sont avantageux et ils ont vu le potentiel de développement pour leur compagnie. L'idée pour eux, c'est de profiter de l'offre d'entreprises à Bromont, mais aussi dans les villes tout autour pour faire des partenariats et travailler en complémentarité », a-t-il dit, citant en exemple une éventuelle association de la PME avec le fabricant d'avions granbyen Dream Aircraft.

L'homologue de M. Blais à la SODEB, Charles Lambert, estime également que l'arrivée d'une nouvelle compagnie dans ce secteur de pointe aura un effet d'entraînement. De plus, l'entrée en scène de cette entreprise « cadre parfaitement » avec le plan stratégique quinquennal (2017-2021) de l'organisation. « On est très enthousiastes d'accueillir Zénith Altitude à Bromont. Ça fait partie de nos objectifs de développer le secteur aéronautique. Plusieurs autres joueurs de cette industrie viendront certainement s'y greffer. »

Une niche, deux cibles

Malgré quelques turbulences, l'industrie aéronautique est plutôt florissante au Québec. Or, la niche dans laquelle évolue Zénith Altitude, principalement en ce qui concerne les attestations de conformité de produits aéronautiques, est quasi inexistante ici, a fait valoir M. Cardinal. « Lorsqu'on a fait notre étude de marché, on a constaté que les gens vont en Ontario pour faire certifier leurs projets. On a vu l'opportunité de rapatrier cette expertise au Québec tout en attirant des clients de la province voisine. »

D'ailleurs, Zénith Altitude vient à peine de commencer ses activités que les contrats s'accumulent. « Quand tu te lances en affaires, ça donne un peu le vertige au début, a concédé M. Cardinal. Mais je sais que le potentiel pour grossir est bien présent. On vient d'engager un ingénieur pour l'installation d'un système optique pour la détection de fuite sur les pipelines avec une compagnie de Québec. Et il y a plusieurs autres opportunités qui s'en viennent. Je ne pense pas que le travail va manquer. Au cours des cinq prochaines années, nos prévisions d'expansion devraient nous permettre de créer jusqu'à une trentaine d'emplois très bien rémunérés. »




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer