CDE Haut-Richelieu-Yamaska: en tête de peloton

Le directeur général du CDE, Daniel Turgeon.... (Janick Marois, La Voix de l'Est)

Agrandir

Le directeur général du CDE, Daniel Turgeon.

Janick Marois, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabel Authier
Isabel Authier
La Voix de l'Est

(Granby) Après avoir mené un virage majeur dans ses méthodes de travail et son approche, il y a cinq ans, le Centre Desjardins Entreprises (CDE) Haut-Richelieu-Yamaska arrive désormais en tête de liste de son réseau.

Pour l'année 2016, celui-ci occupe le premier rang parmi les 37 CDE du Québec, de l'Ontario et des Maritimes. Pour atteindre cette position, onze critères ont été évalués, dont la qualité de l'administration, la rentabilité/productivité, la mobilisation de la main-d'oeuvre et la satisfaction de la clientèle - pour cette dernière variable, plus de 650 membres ont répondu à un sondage. 

En 2012, le regroupement des forces du Centre financier aux entreprises Porte des Cantons-de-l'Est et du Centre financier aux entreprises du Haut-Richelieu a mené à la création de cette nouvelle entité qui compte maintenant 80 employés, 12 000 clients, un portefeuille de prêts de 2,5 milliards $ et d'épargne de 1,4 milliard $. 

« En nous regroupant, ça nous a donné plus de ressources et une masse critique intéressante. On s'est amélioré énormément en satisfaction de la clientèle et en travail d'équipe, entre autres, souligne le directeur général du CDE, Daniel Turgeon. On est maintenant devenu un modèle. »

D'autant plus que le CDE partait de loin ; en 2013, il occupait la 39e place sur 44. 

« Les changements ont été douloureux pour l'équipe au début, mais ça a été lucratif », constate-t-il.

Fonds d'aide

Le directeur général du CDE a profité de cette annonce, mardi, pour présenter deux fonds d'aide au développement des petites et moyennes entreprises. 

Puisé à même le fonds d'aide de l'alliance des caisses Haut-Richelieu, Yamaska, Waterloo, Brome-Missisquoi et La Pommeraie, un total annuel de 100 000 $ sera partagé entre le Financement Créavenir et le Programme FondsC. 

Créavenir soutient les personnes de 18 à 39 ans dans le démarrage de leur entreprise, au moyen d'un prêt sans intérêt de cinq ans, avec congé de remboursement d'un an. L'aide couvre jusqu'à 25 % des coûts du projet, sans dépasser 10 000 $.

Le même montant est offert par le FondsC, mais cette fois, sous forme de dons. Dans sa sélection, le CDE privilégie les créneaux suivants : relève d'entreprise, innovation et développement des marchés étrangers. 

Bien que modestes, ces montants peuvent faire une différence, croit Daniel Turgeon. « Peut-être que cela pourrait faire éclore des entreprises. »




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer