Recommandations pour aider les médias canadiens

Les auteurs du rapport proposent l'imposition des dépenses... (123RF)

Agrandir

Les auteurs du rapport proposent l'imposition des dépenses publicitaires dans des médias dont 75% de la masse salariale est basée ailleurs qu'au Canada. Cet argent mènerait à la création d'un fonds pour «soutenir l'innovation numérique en information».

123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Lina Dib
La Presse Canadienne

Un rapport qui s'est penché sur l'avenir des médias canadiens recommande de fournir gratuitement le contenu en ligne de Radio-Canada à tout éditeur.

Le rapport recommande également une révision des règles d'impôts pour alléger la charge des médias en ligne qui fournissent de l'information principalement canadienne.

En imposant les dépenses publicitaires des annonceurs dans les médias en ligne dont 75 pour cent de la masse salariale n'est pas basée au Canada, on créerait un « Fonds pour l'avenir du journalisme et de la démocratie ».

Ce fonds, d'après les recommandations des auteurs du rapport, serait mis sur pied par une première et unique contribution de 100 millions $ provenant des coffres fédéraux. Ensuite, une taxe de 10 pour cent sur les publicités dans les médias en ligne « étrangers » y injecterait entre 300 et 400 millions $ par année.

Le fonds servirait à « soutenir l'innovation numérique en information ».

On y pigerait également pour le financement d'un second service de La Presse canadienne, auteur de ces lignes, service qui serait sans but lucratif et qui déploierait 60 à 80 journalistes à travers le pays pour couvrir de l'information régionale et locale comme les tribunaux et les hôtels de ville.

Le rapport intitulé « Le miroir éclaté: nouvelles, démocratie et confiance dans l'ère numérique » est l'oeuvre d'Edward Greenspon, un ancien journaliste du Globe and Mail aujourd'hui président-directeur général du Forum des politiques publiques (FPP).

Il veut voir Radio-Canada devenir un « fournisseur public universel d'un journalisme de qualité ».

Il recommande donc que le radiodiffuseur public partage gratuitement son contenu numérique avec tout éditeur, tout en recommandant de commencer par les organismes sans but lucratif afin de minimiser les dommages qu'une telle diffusion gratuite pourrait avoir sur les compétiteurs de Radio-Canada.

« La recommandation contenue dans le rapport voulant que CBC/Radio-Canada offre gratuitement ses contenus de nouvelles aux autres (...) doit être étudiée de plus près, surtout si l'on tient compte des préoccupations croissantes que suscitent l'exactitude et le comportement de certains sites web. Les Canadiens doivent pouvoir avoir la certitude que l'intégrité journalistique de CBC/Radio-Canada est protégée », a réagi le diffuseur public dans un communiqué diffusé jeudi après-midi.

De son côté, le président de La Presse canadienne a dit s'inquiéter de la recommandation sur le partage gratuit du contenu de Radio-Canada. « Offrir tout ce contenu de Radio-Canada s'accompagne du risque d'une diminution de la diversité des voix », a dit Malcolm Kirk au cours d'une entrevue téléphonique.

Réaction plutôt tiède

La réaction de ceux visés par la taxe qui alimenterait le Fonds pour l'avenir du journalisme et de la démocratie a été, elle aussi, plutôt tiède.

Dans un communiqué plein de dessins et de couleurs pour illustrer l'impact de pareille taxe, Google a tenté de démontrer que ce sont les petites entreprises canadiennes qui en souffriraient.

« La publicité des petites entreprises aura moins de portée et sera moins efficace et les publicités que les Canadiens verront en ligne leur seront moins utiles », conclut Google.

Facebook a préféré se montrer conciliant, sans réagir directement à la recommandation sur la nouvelle taxe.

« Nous tenons à établir des liens plus forts entre Facebook et l'industrie de l'information. (...) Et nous allons travailler avec les éditeurs et les enseignants afin d'éduquer les gens pour qu'ils puissent être des lecteurs informés dans cette ère numérique », a offert un porte-parole de Facebook, dans un courriel.

Pour ce qui est de la recommandation qui touche son propre organisme de presse, M. Kirk a là aussi appelé à la prudence.

« C'est une solution possible mais qui nécessiterait une vaste consultation », a-t-il dit de l'idée de créer un réseau de journalistes qui offriraient de l'information locale gratuitement. Un tel service, selon M. Kirk, devrait recevoir « un financement constant » et être assuré d'une totale liberté éditoriale.

Le rapport du FPP est basé sur une étude à laquelle ont participé des représentants des quotidiens québécois Le Devoir et La Presse, ainsi que le réseau Radio-Canada.

Les crédits d'impôt mis de côté

Le rapport reconnaît que le débat au Québec sur l'avenir du journalisme est différent. Il ne recommande cependant rien de spécifique au marché québécois.

M. Greespon estime que les voix québécoises qui réclament des crédits d'impôt pour l'industrie et des fonds de transition font fausse route.

« Nous ne croyons pas que le crédit d'impôt est la route à suivre », a-t-il proposé lors du lancement de son rapport, dans les bureaux du FPP, jeudi matin.

« Parce qu'on ne peut pas prédire l'avenir. (...) Si nous avions mis en place un fonds de transition il y a cinq ans, nous serions en train d'en demander un second aujourd'hui », a-t-il dit.

« Nous essayons de créer une situation où nous n'aurons pas à retourner et demander (plus d'argent au gouvernement) », a-t-il ajouté.

Cette étude a été faite à la demande du ministère du Patrimoine canadien. Le ministère a lancé une vaste consultation publique sur le contenu canadien dans le monde numérique, le printemps dernier.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer