Cowansville sollicitera les PME

Cowansville a perdu plusieurs emplois industriels ces dernières... (Janick Marois, archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Cowansville a perdu plusieurs emplois industriels ces dernières années, notamment lors de la fermeture de Consoltex, déplore le maire suppléant, Michel Charbonneau.

Janick Marois, archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Laliberté
La Voix de l'Est

(Cowansville) La Ville de Cowansville travaillera encore en 2017 à attirer chez elle de nouvelles entreprises. Elle est prête à les aider financièrement à s'installer dans de nouveaux locaux.

Le conseil réfléchit toujours à différents moyens de convaincre des entrepreneurs de choisir de s'établir à Cowansville. Les élus ont tout de même inscrit un montant de 150 000 $ dans le budget 2017 pour la location d'espaces industriels, a indiqué Claude Lalonde, directeur général de la Ville. L'administration municipale n'a pas d'annonce à faire, a-t-il dit. Elle tient cependant à être prête dans l'éventualité où des occasions­ d'affaires surviendraient.

La création d'emplois est une préoccupation du conseil, a expliqué la semaine dernière le maire suppléant, Michel Charbonneau. « On a de bons emplois à Cowansville, au pénitencier et à l'hôpital. Mais il en manque. On a eu des pertes d'emplois importantes ces dernières années », a-t-il dit citant les fermetures de Valis, Consoltex, Albany et Tupperware.

Dans sa planification stratégique, la Ville s'est donné comme mission d'aider les entreprises des secteurs commercial et industriel, a rappelé M. Lalonde.

Chose certaine, la Ville ne s'aventurera plus dans la construction de bâtiments industriels. Le conseil planifiait de construire un tel bâtiment au coût de 2,5 millions de dollars et de le louer à une entreprise spécialisée dans l'embouteillage de vin. Celle-ci devait en devenir propriétaire­ après quelques années.

L'échec des négociations entre les deux parties a sonné l'abandon du projet prévu dans le nouveau parc industriel au sud-ouest de la municipalité, près du boulevard Jean-Jacques-Bertrand. L'entreprise était à la recherche de locaux plus grands pour accroître sa production. Le prix de location proposé par la Ville était trop élevé, selon les informations obtenues.

Consultation sur la bibliothèque

La Ville abandonne aussi son projet de rénover la bibliothèque Gabrielle-Giroux-Bertrand. Elle souhaitait investir 2,4 millions de dollars dans l'ancienne quincaillerie, dont 1,115 million de dollars auraient été payés par l'entremise d'une subvention­ du ministère de la Culture.

Or, les estimations des travaux nécessaires s'élevaient à 3,5 millions de dollars, souligne M. Lalonde.

« On sentait qu'il fallait revoir le concept », a dit le directeur général.

Une consultation sera menée d'ici quelques mois pour recueillir les idées et commentaires des usagers de la bibliothèque.

Le projet de rénovation prévoyait l'aménagement d'une salle munie d'instruments électroniques pour créer des jeux vidéo, de la musique, faire des montages vidéo et créer des objets avec des imprimantes 3D. Cette salle visait à attirer une clientèle­ d'adolescents.

La construction de mezzanines était aussi dans les cartons, tout comme l'aménagement d'une salle de lecture de magazines et de journaux où les usagers auraient pu prendre des collations.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer