La SODEB prend le pouls des entrepreneurs

Le directeur général de la SODEB, Charles Lambert... (archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Le directeur général de la SODEB, Charles Lambert

archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jean-François Guillet
La Voix de l'Est

(Bromont) En parallèle à l'élaboration de son plan stratégique 2017-2021, la Société de développement économique de Bromont (SODEB) travaille sur un projet d'espace de travail partagé dans le parc scientifique de la municipalité.

Au cours des derniers mois, la SODEB a rencontré une vingtaine d'entrepreneurs du parc technologique et de la MRC Brome-Missisquoi, complétant ainsi le premier de deux volets visant à façonner son cadre de référence. De ces consultations avec les gens d'affaires a émergé l'idée d'aménager un espace de travail partagé (coworking) à Bromont, a indiqué à La Voix de l'Est le directeur général de la SODEB, Charles Lambert.

«On regarde pour un espace de travail partagé dans le parc scientifique parce qu'on a plusieurs [employeurs majeurs] comme GE, Teledyne Dalsa et IBM.» Un sondage lancé récemment «va nous indiquer si c'est un projet viable, mais aussi les besoins en termes d'espaces de formation et d'atelier», ajoute-t-il.

La date butoir pour remplir le sondage en ligne sur le site parcscientifiquebromont.com est le 30 septembre. Les réponses seront ensuite analysées avant d'être dévoilées dès le début de 2017. Pour le moment, a mentionné M. Lambert, l'utilisation de locaux dans l'incubateur industriel du technoparc est envisagée pour lancer ce projet.

En ce qui concerne le nouveau cadre de référence, il devrait être déposé en novembre au conseil d'administration de la SODEB pour approbation. Le DG et ses collègues planchent actuellement sur la rédaction du plan stratégique. La firme Deloitte a été mandatée pour superviser le processus.

Commercialisation

Outre la définition des nouveaux axes de développement qu'adoptera la SODEB, l'organisation compte recruter des compagnies internationales. Des PME florissantes ainsi que des entreprises en démarrage, communément appelées «startups», sont également dans la mire. Les rencontres faites par M. Lambert avec les gens d'affaires depuis son arrivée à Bromont ont mis en lumière certains freins à l'essor de celles-ci.

«C'est difficile pour les petites entreprises d'aller chercher du financement pour la recherche ou pour commercialiser une innovation, a fait valoir le DG du bras économique de Bromont. Les Américains sont très forts de ce côté. C'est entre autres ce qui leur permet d'avoir du succès. Au Québec, la commercialisation est une de nos faiblesses. Il va falloir corriger le tir en aidant davantage nos PME dans ce créneau.»

Effervescence

Il y a toutefois de «belles surprises», a souligné M. Lambert. «Il y a un dynamisme entrepreneurial très intéressant dans la région. Ça semble un peu plus morose ailleurs au Québec, mais ici, ça bouge pas mal. Le secteur aéronautique connaît quelques difficultés, a-t-il dit, citant en exemple les retards de livraison de moteurs Pratt&Whitney à Bombardier pour sa C Series. Mais il y a une exception: GE Aviation. Le carnet de commandes est bien garni pour les années à venir.»

Le créneau de la microélectronique est aussi en effervescence à Bromont, a noté le DG de la SODEB. «Le centre de recherche du C2Mi est définitivement un pôle d'attraction très fort. Il y a de nouvelles entreprises qui émergent dans ce domaine. On travaille avec deux startups et une compagnie européenne est intéressée par l'écosystème de microélectronique.»

Parmi tous les défis à relever pour la SODEB en cette période charnière, rappelons que l'organisation devrait voler de ses propres ailes dans de nouveaux locaux du parc scientifique d'ici la fin de l'année.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer