Trois Granbyens à la conquête des réseaux sociaux

Pierre-Alexandre Brault (à gauche), Pierre-Luc Belval (au centre)... (Fournie par Gestion i Média)

Agrandir

Pierre-Alexandre Brault (à gauche), Pierre-Luc Belval (au centre) et Philippe Lusignan (à droite) forment Gestion i Média, une jeune entreprise granbyenne spécialisée dans la gestion de réseaux sociaux.

Fournie par Gestion i Média

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Élise Faucher
La Voix de l'Est

(Granby) La prochaine fois que vous laisserez un commentaire sur la page Facebook d'une entreprise de la région, pensez à ceci: derrière la réponse se cache peut-être Philippe Lusignan, l'un des trois Granbyens de 20 ans qui forment Gestion i Média. La boîte spécialisée en gestion de réseaux sociaux existe depuis à peine 7 mois que déjà, elle compte assez de clients pour occuper les jeunes hommes d'affaires à temps plein.

«C'est fou, mais présentement, on ne pourrait pas être aux études!», lance Pierre-Luc Belval, le membre du trio qui se charge principalement du volet artistique de leurs contrats. Avec Pierre-Alexandre Brault aux relations clients et Philippe Lusignan à la gestion des commentaires sur les réseaux sociaux, ils forment une équipe complémentaire qui offre un service clé en main aux entreprises de la région.

À ce jour, une douzaine d'entreprises dans tous les domaines ont fait confiance aux jeunes hommes pour gérer leurs réseaux sociaux. «On t'enlève tout le "problème" des réseaux sociaux. Tu n'y penses plus, on te montre les résultats. Notre but, c'est d'enlever à nos clients cette impression que les réseaux sociaux sont un poids», mentionnent-ils.

Des épiceries, un vignoble d'envergure, un centre dentaire, des restaurants, un important transformateur alimentaire, une boutique de sport... «et on vient de signer un gros centre de radiologie qui compte 6 cliniques à Montréal», annonce le trio, presque dépassé par son succès.

Débuts ardus et mentorat

Pierre-Luc et Philippe se rafraîchissaient dans la piscine, à l'été 2015, lorsque l'idée de se lancer en affaires leur est venue.

Pierre-Luc avait remarqué une lacune quant à la gestion de communauté des bars du coin où il chantait. «Je me suis dit, je suis capable de faire mieux que ça», raconte-t-il.

Les deux amis de longue date ont donc entamé leurs démarches en consultant l'offre de leurs compétiteurs et en mettant en place leur propre modèle d'affaires. «On n'a pas fait de magie. On a appliqué un processus qui fonctionne. On a créé un marketing qui n'est pas appris encore», analyse Philippe.

Quelques mois plus tard, les deux Granbyens s'enregistraient au nom de Gestion i Média. «Mais c'est compliqué de savoir où partir quand t'as aucun repère», reconnaissent-ils. «On ne se le cachera pas, il y a eu une adaptation.»

C'est à ce moment que Pierre-Alexandre s'est joint à l'équipe, quittant les études qu'il venait d'entreprendre à l'Université de Sherbrooke pour se lancer dans l'aventure entrepreneuriale. Sa mission, loin d'être évidente: dénicher de nouveaux clients.

«En un mois, je me suis présenté en personne à 400 entreprises. J'en ai juste signé deux. C'est très dur de se faire revirer 398 fois», témoigne le jeune homme, qui a tout de même persévéré.

Le vent a tourné lorsque le trio de jeunes entrepreneurs a assisté à une conférence sur les réseaux sociaux donnée par la Chambre de commerce, au Café de la Brûlerie de Granby. Ils y ont fait la rencontre de celui qui allait devenir leur mentor, Éric Audras.

«La game venait de changer pour nous», mentionnent-ils, encore reconnaissants. M. Audras a pris les entrepreneurs sous son aile, les a conseillés et les a présentés à son réseau de contacts.

Il n'en fallait pas plus pour que la machine «Gestion i Média» se mette en marche à plein régime. «On s'est entouré de personnes qui ont fait leurs classes. On ne fait pas plusieurs erreurs que les jeunes entrepreneurs font habituellement parce qu'on est très bien entourés autant au niveau comptable, stratégique, etc.», indique Pierre-Alexandre.

Mettre l'individu de l'avant

L'avantage de Gestion i Média, c'est qu'en plus de se spécialiser dans la gestion des réseaux sociaux, la compagnie se charge de la production audiovisuelle.

Les trois jeunes hommes prennent les photos, font le montage de vidéos et rédigent les textes des publications Facebook. Ils engagent même un correcteur professionnel pour s'assurer qu'aucune faute de français ne leur échappe.

«T'as l'air de quoi quand tu fais des fautes sur ta page d'entreprise? Toutes les business qu'on reprend, ça part d'un langage trop familier», observe Philippe. C'est ce dernier qui se charge de répondre aux commentaires des pages Facebook de leurs clients.

«On est les seuls qui font l'entretien du dialogue. Souvent, les entreprises répondent aux premiers commentaires. Nous, on répond à TOUS les commentaires», dit-il, afin de créer de l'engagement chez le consommateur envers l'entreprise.

«Les réseaux sociaux sont le meilleur endroit pour créer une personnalité à son entreprise, mettre les gens de l'avant, redonner le crédit à ses employés. Il faut montrer que l'entreprise, c'est avant tout des individus. Dans l'alimentaire par exemple, les gens veulent savoir "qui a fait mon jus?"», relève Pierre-Alexandre.

Le human, c'est ce que les jeunes entrepreneurs vendent à leurs clients. «On veut montrer les coulisses, le quotidien. On veut que ce soit naturel, pas de photos stagées», confirme Philippe.

«Moi, ce que je fais, c'est que je me mets carrément dans la peau de la personne, poursuit ce dernier. Je rentre (dans l'entreprise), je sens la vibe tout de suite. Je suis le consommateur. C'est comme ça qu'on fait nos approches et qu'on sort nos idées tout de suite.»

Résultats

Et ça marche! «À prime à bord, ce qu'on fait c'est créer du contenu qui est accrocheur. Par la suite, quand moi je viens investir de l'argent sur Facebook, chaque dollar a un retour important. En général, on bat toutes les prédictions de la fourchette. Notre ROI (NDLR: Retour sur investissement) est malade!», s'enthousiasme Pierre-Alexandre.

Les jeunes entrepreneurs se déplacent une fois pour déterminer le plan d'action avec le client, et le tour est joué. «Ce qu'on dit souvent, c'est qui de mieux que nous, les jeunes, pour savoir ce qui fonctionne sur Facebook? Parce qu'on a ça entre les mains depuis 2009», fait remarquer Philippe.

Gestion i Média détermine le contenu de chaque publication pour les 13 semaines à venir. En fonctionnant par trimestre, la jeune entreprise facilite la planification budgétaire de ses clients, aussi trimestrielle.

«En travaillant aux 3 mois, ça nous permet de nous adapter», ajoute Philippe, qui cite en exemple les restaurants, dont le menu est appelé à changer régulièrement.

Les trois entrepreneurs granbyens sont passionnés. «Pourquoi on s'est lancé en entreprise à la base, c'est pour aider les entreprises de la région. Et de faire juste ça (de la gestion de réseaux sociaux à temps plein), ça nous permet de suivre les tendances», mentionnent-ils, nommant la photo panoramique et le vidéo boomerang d'Instagram parmi ces tendances.

À 20 ans, les trois jeunes hommes sont bien enlignés pour percer dans le monde des affaires. Leur objectif ultime? Pierre-Luc et Philippe se tournent vers l'ambitieux Pierre-Alexandre. «Devenir la plus grande entreprise de gestion de réseaux sociaux au Québec!» lance ce dernier.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer