La «bijouterie de l'année» est à Granby

«L'année 2015-2016 a été toute une année!», lance... (Fournie par V3M Communication)

Agrandir

«L'année 2015-2016 a été toute une année!», lance au bout du fil le joaillier propriétaire Normand Déziel, honoré de recevoir ce prix.

Fournie par V3M Communication

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Élise Faucher
La Voix de l'Est

(Granby) Après une année marquée par d'importants changements, la Bijouterie Déziel Joailliers de Granby récolte le fruit de ses efforts et devient la «Bijouterie de l'année». La distinction, décernée par l'Association canadienne des représentants en bijouterie (ACRB), reconnaît que l'entreprise est représentative de son milieu et innovante.

«L'année 2015-2016 a été toute une année!», lance au bout du fil le joaillier propriétaire Normand Déziel, honoré de recevoir ce prix. L'entreprise qu'il a démarrée en 1987 s'est récemment remise au goût du jour: nouvel emplacement, nouvelle image de marque, nouveau site web et bientôt, un nouveau joaillier s'ajoutera à l'équipe pour répondre à la demande croissante.

«Quelqu'un qui arrive aujourd'hui pour faire remodeler sa bague, ça va prendre deux mois avant qu'on arrive à la sienne», indique le propriétaire, qui ne manque pas d'ouvrage. C'est en effet le remodelage des bijoux qui occupe principalement les quatre joailliers (bientôt cinq) oeuvrant à temps plein à la bijouterie.

«Avec les années, les gens accumulent des bijoux qu'ils ont reçus dans différentes occasions et c'est souvent significatif, par exemple une bague de grand-mère. Le diamant a de l'importance, mais le modèle est un peu périmé», explique Normand Déziel.

C'est d'ailleurs parce qu'il s'est entouré d'autres artisans du joyau au fil du temps que Normand Déziel souhaitait rebaptiser son entreprise. «Bijouterie Déziel Joailliers avec un s», insiste le propriétaire, qui voulait donner à ses comparses le crédit qui leur revient.

Nouvelle adresse 

La bijouterie bénéficie d'un achalandage accru depuis qu'elle a quitté son emplacement original au coin des rues St-Hubert et Boivin pour s'installer sur la rue Principale. «On sentait que la rue Boivin avait moins d'attraction qu'il y a 27 ans quand on est arrivés là», mentionne Normand Déziel nommant des commerces qui attiraient les passants dans ce secteur, autrefois: la Boutique du Foyer, la poissonnerie Cowie, le magasin de vélos.

Le joaillier avait envie d'être au coeur de l'action. «Travailler dans le commerce, c'est être avec les gens, pouvoir jaser avec eux, comprendre ce qu'ils veulent et ce qu'ils aiment.» Cette approche «de proximité» a fidélisé sa clientèle, croit-il. «On n'est pas une bijouterie hautaine où les gens n'osent pas entrer.»

Boutique en ligne

D'ailleurs, il espère aller chercher une clientèle plus jeune avec sa nouvelle image de marque. «L'ancienne bijouterie avait un style champêtre. Maintenant, c'est plus contemporain», fait remarquer le propriétaire.

Une nouvelle boutique en ligne accompagne le site web revampé de l'entreprise. «On se fait tellement dire que l'avenir est là, on voulait avoir ce véhicule-là pour aller chercher la clientèle un peu plus passive à la maison», commente Normand Déziel, qui ajoute que le catalogue n'est pas complet à l'heure actuelle.

«Je ne m'attends pas à ce que les gens fassent beaucoup d'achats en ligne», précise-t-il. Il compte plutôt miser sur la visibilité que la nouvelle boutique virtuelle offrira à la marchandise offerte en magasin.

Tendances saisonnières

«L'or blanc est encore très à la mode, l'or rose a pris beaucoup d'ampleur dans la dernière année», relate le joaillier propriétaire, qui remarque que le mélange des deux (or blanc, or rose) est particulièrement apprécié. L'or jaune, quant a lui, a perdu ses lettres de noblesse.

Alors que la saison des mariages bat son plein, Normand Déziel voit aussi revenir une clientèle type dans son magasin. «Le monsieur souvent achète un jonc, il n'en a jamais porté avant, il a été mal conseillé et son jonc est trop grand. Il va en voyage de noces, première chose qu'il fait: il saute dans la mer et perd son jonc à la première vague!», rigole le propriétaire, habitué d'entendre l'anecdote.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer