Les producteurs de grains craignent pour leur protection

Le ministre de l'Agriculture, des Pêcheries et de... (archives La Presse canadienne)

Agrandir

Le ministre de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation et député de Brome-Missisquoi, Pierre Paradis

archives La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Montréal

Les Producteurs de grains du Québec (PGQ) redoutent d'assister à court terme à l'abolition du Programme d'assurance stabilisation des revenus agricoles (ASRA).

C'est la raison pour laquelle ils ont décidé de réaliser une tournée d'urgence auprès de nombreux élus provinciaux pour discuter de cette éventualité et d'écrire au ministre de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation, le député de Brome-Missisquoi Pierre Paradis.

Dans leur lettre, les PGQ ne réclament rien de moins qu'une « intervention politique d'urgence » de la part de M. Paradis afin, écrivent-ils, de « freiner la démarche » gouvernementale susceptible de conduire à la fin de l'ASRA.

Ils rappellent au ministre que cet outil leur est indispensable pour se prémunir contre les fluctuations à la baisse des prix courants et les variations à la hausse des coûts de production.

Ils en profitent également pour faire valoir qu'ils ne veulent surtout pas voir l'assurance stabilisation des revenus agricoles être remplacée par un autre programme qui serait fondamentalement axé sur l'épargne individuelle.

Les Producteurs de grains du Québec soulignent qu'une telle substitution ne leur garantirait pas une protection adéquate, qu'elle constituerait « un désengagement important de l'État » et qu'elle les placerait dans « une situation de vulnérabilité importante ».

Double protection

Le président des PGQ, Christian Overbeek, estime que le gouvernement provincial se doit de continuer de garantir une double protection aux quelque 11 000 producteurs de grains du Québec.

« Nous avons la nécessité d'avoir un programme de base pour (faire face à) certains aléas du marché et de la production et un autre pour bien nous soutenir dans nos investissements productifs. Le gouvernement ne peut pas nous demander de faire un choix entre deux éléments qui, à la base, se veulent complémentaires », juge-t-il.

Aux yeux de M. Overbeek, il en va de la capacité des producteurs d'ici à demeurer concurrentiels.

« Dans un monde concurrentiel au plan mondial, nous nous devons d'être aussi bien soutenus que nos collègues des autres pays », souligne-t-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer