Les dragons disent non à Oui! Desserts

Les projets se multiplient pour Suzanne Cazelais, propriétaire... (Alain Dion, La Voix de l'Est)

Agrandir

Les projets se multiplient pour Suzanne Cazelais, propriétaire et chef de la pâtisserie-chocolaterie Oui! Desserts, de Dunham.

Alain Dion, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est

(Dunham) Leurs papilles ont été séduites, mais pas assez pour titiller leurs vibrisses d'investisseurs. Les Dragons ont passé devant Oui! Desserts dans l'épisode diffusé lundi soir sur les ondes de Radio-Canada. Mais la propriétaire et chef de la pâtisserie-chocolaterie dunhamienne, Suzanne Cazelais, n'entend pas baisser les bras. Au contraire, les projets se multiplient pour cette entrepreneure à la dent sucrée.

Son passage à Dans l'oeil du dragon n'est pas passé inaperçu. Depuis lundi, le téléphone ne dérougit pas et sa boîte de courriels est inondée, indique Mme Cazelais. «Ça n'arrête pas!», lance la femme d'affaires, qui avait été parmi les finalistes régionaux du Concours québécois en entrepreneuriat de Brome-Missisquoi en 2013.

Selon elle, le tournage, qui a eu lieu en mars, s'est avéré «intense et impressionnant». La principale intéressée n'a toutefois pas pu regarder sa performance puisqu'au moment de la diffusion, aucun de ses appareils électroniques ne fonctionnait! «Je n'arrivais pas à capter l'image, peu importe ce que j'essayais!», note Mme Cazelais.

Malgré une présentation concise et une dégustation prometteuse, les investisseurs ont passé leur tour, jugeant que Oui! Desserts visait davantage un marché de niche qu'une croissance grand public.

«Je n'ai pas eu l'occasion de présenter les détails de mon projet, se désole la femme d'affaires. Et à un certain moment, ils discutent entre eux. Tout s'est enchaîné assez rapidement. J'aurais aimé sortir avec leur soutien, ils ont tellement de contacts. Mais en même temps, ça me paraissait évident que je ne tombais pas dans le créneau des dragons.»

Une hausse «faramineuse» des prix de ses ingrédients de base - déjà beaucoup plus coûteux que les produits réguliers - et la faiblesse du dollar canadien ont également fait fondre la marge de manoeuvre de l'entrepreneure, qui ne pouvait pas augmenter ses prix pour absorber le tout. «Ma décision a été d'arrêter de distribuer dans les magasins et d'avoir une chaîne de distribution plus courte», reconnaît Mme Cazelais.

«Dans la vie, je me dis que si ça ne fonctionne pas, c'est parce que quelque chose de mieux s'en vient!», philosophe-t-elle ensuite.

Et la pâtissière n'attend pas que le hasard fasse les choses, prenant elle-même en main sa destinée.

Des secrets à savourer

L'entrepreneure a lancé mardi une campagne de sociofinancement sur la plateforme Ulule (fr.ulule.com/ouidesserts) pour financer la réalisation d'un livre de ses meilleures recettes portant la signature haut de gamme de l'entreprise. Celui-ci sera d'abord distribué sous format électronique.

«C'est un travail qui demande tellement de recherche et de développement que je n'étais pas encore prête à révéler mes secrets. J'avais besoin de peaufiner certains aspects techniques, mais depuis le retour des Fêtes, c'était le bon moment», affirme celle qui, avant de démarrer Oui! Desserts, en 2013, a travaillé pendant huit ans dans la création de magazines de recettes.

Les fonds récoltés via la campagne permettront de payer la production du «e-book», de la mise en page à l'édition, mais aussi de mettre sur pied une série d'ateliers culinaires, un autre projet de Mme Cazelais.

Ces ateliers se dérouleront non seulement dans sa boutique de Dunham, mais aussi dans des spas. Une première collaboration se déroulera au Spa Eastman le dimanche 19 juin prochain.

Les deux ateliers offerts par Mme Cazelais ce jour-là porteront sur l'un de ses ingrédients-clés, le souchet, aussi appelé noix tigrée. Durant ces cours, où des dégustations sont incluses, la gastronome enseignera aux participants à fabriquer le lait de souchet selon les principes de l'alimentation vivante. Cette base permettra de créer des boissons, des truffes crues et des biscuits déshydratés. Il faut réserver sa place par téléphone au 450-297-3009 ou par courriel à courrier@spa-eastman.com

De rêve en rêve

Ces projets concrets laissent aussi la place à d'autres qui pourraient se réaliser dans un horizon à plus long terme.

Mme Cazelais aimerait par exemple ouvrir une boutique spécialisée à Montréal. «J'aimerais avoir un point de vente pour rejoindre directement la clientèle qui aime la nourriture saine et vivante, par exemple dans le Mile End», note-t-elle.

Mais son ambition ne se limite pas à la métropole. New York, San Francisco, Vancouver, Berlin, Copenhague... les grandes villes du monde sont dans sa mire. «Ici, la tendance commence, mais là-bas, elle est déjà bien ancrée. Et j'ai des gens d'ailleurs qui tombent par terre quand ils découvrent mes produits!», lance Mme Cazelais.

Des produits destinés au monde entier, pour changer le monde. Suzanne Cazelais croit en la mission de Oui! Desserts, et elle souhaite que son entreprise fasse des heureux. «Je veux apporter la paix, l'apaisement et la beauté dans la vie des gens, indique l'entrepreneure. Et mes desserts sont ma manière de le faire.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer