L'étiquetage sera permis hors de la SAQ

Le député de Granby, François Bonnardel, a présenté... (Archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Le député de Granby, François Bonnardel, a présenté une motion visant à modifier la réglementation sur l'affichage des cépages des vins. Elle a été adoptée à l'unanimité.

Archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le gouvernement provincial permettra aux entreprises comme Julia Wine d'afficher le nom des cépages et des appellations sur les bouteilles de vin offertes dans les épiceries et les dépanneurs. Jusqu'à présent, l'étiquetage était réservé exclusivement aux produits disponibles à la Société des alcools du Québec (SAQ).

Le Syndicat des Métallos estime que la vaste... (123RF) - image 1.0

Agrandir

Le Syndicat des Métallos estime que la vaste majorité des bouteilles de vin déposées dans les bacs de recyclage finissent au dépotoir.

123RF

Le ministre des Finances, Carlos J. Leitão, a confirmé ses intentions mardi en point de presse. «Pour le vin industriel dans le réseau des épiceries, cela peut se changer par règlement. Ça ne demande pas un projet de loi. Et c'est ce que j'ai l'intention de faire», a-t-il indiqué.

Peu après la sortie de M. Leitão, le leader parlementaire de la Coalition avenir Québec, le député de Granby François Bonnardel, a présenté à l'Assemblée nationale une motion visant à modifier la réglementation sur l'affichage des cépages. Elle a été adoptée à l'unanimité.

Le ministre Leitão n'a pas l'intention de s'éterniser sur le dossier. Il souhaite apporter les changements «dans les plus brefs délais».

«J'ai l'intention de le faire avant la fin de cette session parlementaire, a-t-il affirmé. Depuis les consultations particulières pour le projet de loi 88 [Loi sur le développement de l'industrie des boissons alcooliques artisanales], beaucoup de groupes et de personnes sont venus nous faire leurs recommandations et leurs présentations et on s'est rendu compte que oui, en effet, comme quelqu'un nous l'a déjà dit dans un autre contexte, nous sommes en 2016», poursuit-il.

Mise en demeure

Cette semaine, afin de faire bouger les choses, le président de Julia Wine, Alain Lord Mounir, avait fait parvenir, par l'entremise de son avocat Julius Grey, une mise en demeure à la procureure générale et ministre de la Justice du Québec, Stéphanie Vallée. L'homme d'affaires affirmait que la réglementation ne respectait pas la Charte canadienne des droits et libertés.

M. Mounir n'était pas le seul à livrer bataille pour une modification du règlement, qui date de 1978. L'entreprise Constellation Brands ainsi que l'Association des marchands dépanneurs et épiciers du Québec (AMDEQ) ont également milité dans le même sens.

Le ministre Leitão s'est défendu mardi d'avoir plié aux demandes en raison des pressions. «Nous ne faisons pas cela, car nous avons été bousculés», assure-t-il. Lundi, la SAQ s'était également montrée favorable à l'affichage des cépages sur les bouteilles vendues dans les épiceries et les dépanneurs.

Pour le président de Julia Wine, dont les produits sont offerts dans les dépanneurs Couche-Tard, certains magasins Canadian Tire et chez Costco, il s'agit d'une belle victoire.

«Je suis extrêmement heureux. Je remercie le gouvernement d'avoir réagi si rapidement. Je ne m'y attendais pas», affirme l'homme d'affaires présentement en Californie. «Je pense que les bonnes personnes ont entendu mes demandes et ont agi. [...] J'espère que ce move-là va faire qu'on va travailler en collaboration dans le futur pour éviter des situations comme celle-là. Ce n'est pas normal qu'on ait toujours besoin d'avocats», déplore-t-il.

Du côté de l'AMDEQ, on salue également la décision du gouvernement de Philippe Couillard.

«Ça fait trois ans qu'on travaille sur ce dossier. Ce n'était pas normal que les consommateurs qui achètent leur bouteille de vin ne puissent pas savoir ce qu'ils boivent. C'est dans la normalité des choses qu'on retrouve le cépage. On est bien contents de ça», se réjouit le directeur général de l'Association, Yves Servais, ajoutant que les détaillants pourront maintenant mieux aider et conseiller leurs clients.

Pour les producteurs de vins artisanaux, l'autorisation d'inscrire le nom des cépages et des appellations sur les bouteilles de vin devrait être donnée avec l'adoption du projet loi 88, qui est présentement à l'étude. Le ministre des Finances a d'ailleurs apporté des amendements au projet de loi mardi.

Par souci d'égalité, l'objectif du gouvernement est que le projet de loi - s'il est adopté - entre en vigueur au même moment que le décret.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer