La Fed maintient ses taux d'intérêt

La banque centrale a noté que le marché... (AP, Richard Drew)

Agrandir

La banque centrale a noté que le marché de l'emploi des États-Unis profitait de solides gains, malgré un ralentissement de la croissance économique.

AP, Richard Drew

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
Washington

La Réserve fédérale des États-Unis a indiqué mercredi qu'elle laissait ses principaux taux d'intérêt inchangés, sans évoquer d'échéancier en vue d'une éventuelle hausse.

Dans un communiqué émis à la fin de leur rencontre de deux jours, les responsables de la banque centrale ont noté que le marché de l'emploi des États-Unis profitait de solides gains, mais aussi que «l'activité économique (semblait) avoir ralenti».

Selon la Fed, certains secteurs importants, comme les dépenses des consommateurs, des investissements des entreprises et les exportations, se sont affaiblis.

La décision de la Réserve fédérale s'inscrit dans un contexte où plusieurs grandes économies - notamment celles de la Chine et de l'Europe - éprouvent des difficultés, ce qui pourrait potentiellement nuire à la croissance américaine.

Malgré tout, la banque centrale a semblé moins alarmiste vis-à-vis des conditions économiques mondiales qu'elle ne l'était à la sortie de sa rencontre précédente, en mars. La Fed avait alors averti que les développements mondiaux «représentaient un risque». Dans la déclaration de mercredi, il n'est plus question de tels risques, même si la banque dit «suivre de près» les développements mondiaux économiques et financiers.

La Fed a aussi dit s'attendre à ce que l'inflation se rapproche de sa cible de deux pour cent, après avoir longtemps traîné à de plus faibles niveaux. À ce chapitre, l'impact de certains facteurs temporaires, comme la forte baisse des prix de l'énergie, devrait s'estomper.

Neuf contre un

La décision de la Fed a été approuvée à raison de neuf votes contre un. Esther George, responsable de la banque fédérale régionale de Kansas City, s'est posée en dissidente pour une deuxième rencontre de suite. Comme en mars, Mme George était plutôt en faveur d'une augmentation immédiate des taux d'intérêt.

La banque centrale n'a pas exclu une augmentation des taux d'intérêt pour sa prochaine réunion, prévue en juin. Mais rien, dans ses commentaires, ne semblait préparer les investisseurs à une telle décision.

En octobre, la Fed avait indiqué dans la déclaration suivant sa rencontre qu'elle déciderait s'il serait «approprié» de hausser les taux lors de sa réunion subséquente, en décembre, ce qu'elle a finalement fait.

Les économistes s'attendent à ce que la banque utilise un niveau de langage semblable dans la déclaration qui pourrait précéder une hausse des taux, afin que les investisseurs puissent s'y préparer et que les marchés aient une réaction appropriée.

En décembre, lorsqu'elle a haussé son taux de référence, la banque avait signalé que quatre nouvelles hausses pourraient avoir lieu en 2016. En mars, elle révisait cependant ses attentes pour n'évoquer que deux nouvelles hausses. Certains économistes ne s'attendent pas à ce que cela se produise avant la deuxième moitié de 2016.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer