Place aux entrepreneurs qui osent

De gauche à droite, Jean-Charles Bonneau, de Second... (Julie Catudal, La Voix de l'Est)

Agrandir

De gauche à droite, Jean-Charles Bonneau, de Second Source (catégorie Coup de coeur), Teprine Baldo, du Noyau - 7 Nations (Commerce), Nadia Cadorette, de Connexions (Services aux individus), Dominique Racine, des Jardins-hauteurs Racine (Exploitation/Transformation/Productin), Denis Gauthier, de DGE Électrique (Services aux entreprises), et Sébastien Bergeron, de Parallex BioAssays inc. (Innovations technologique et technique).

Julie Catudal, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Cynthia Laflamme
La Voix de l'Est

(Bromont) Décidément, il y a de bonnes idées dans Brome-Missisquoi. Des insectes comestibles aux pièces de rechange pour wagons de passagers en passant par de la technologie qui permet d'identifier les femmes atteintes du cancer du sein à partir d'une goutte de sang, des entreprises nouvellement fondées ou sur le point de l'être ont pu présenter leur bébé devant le public lors du gala local du Défi OSEntreprendre, anciennement connu sous le nom de Concours québécois en entrepreneuriat.

Vingt-deux dossiers de candidature ont été déposés, ce qui représente une année record pour le CLD Brome-Missisquoi, qui pilote le volet local du concours national. Le sommet précédent avait été battu l'an dernier, avec 15 candidatures. La région serait sous le flot d'une vague entrepreneuriale, selon Isabelle Dumont, la responsable du défi pour le CLD. Durera, durera pas? L'avenir le dira.

Le but étant de donner de la visibilité à ces jeunes entreprises, les 21 finalistes - le vingt-deuxième passe directement à la finale régionale pour le Prix réussite - ont eu l'occasion de présenter les particularités de leur café, ferme, boutique ou compagnie. Les lauréats, un par catégorie, recevaient divers prix, d'une valeur approximative de 1000$, décernés sous forme de crédit de publicité, crédit de services, mentorat ou argent comptant.

Intervenante à domicile

En ce mois de l'autisme, Nancy Cadorette a reçu un sérieux coup de pouce pour son projet en recevant le prix Services aux individus. Cette dernière propose ses services d'éducatrice spécialisée à domicile pour les autistes et leur famille. Et cela, sans délai d'attente.

«S'il y a des comportements qui sont problématiques, que ce soit dans le milieu de vie, dans la garderie, à l'école, je peux me déplacer et faire des interventions, explique-t-elle. C'est en privé et je veux que mon service soit complémentaire aux services du CRDI et du CLSC. Je sais qu'il y a de l'attente de 1 à 3 ans et, pendant ce temps-là, les parents sont dépassés, ils ne savent pas trop comment faire.»

Mme Cadorette est bien au fait des manques de ressources dans le milieu scolaire puisqu'elle y a travaillé et travaille également avec la psychologue Geneviève St-Pierre.

«Mon entreprise s'appelle Connexions et je parle de décodage TSA parce que chaque autiste est différent, les connexions sont différentes... C'est une façon de percevoir son entourage, son environnement qui est complètement différente. Une fois que tu as compris ce qui pose problème et que tu l'enlèves, que tu changes la façon de le percevoir, les comportements problématiques s'en vont. Il faut vraiment prendre le temps d'observer et de voir ce qui se passe.»

Son projet à long terme: démarrer un centre de service pour les autistes avec psychologues, ergothérapeutes, éducatrices spécialisées, salles blanches et chambres pour offrir du répit. «C'est un grand besoin.»

Des projets bien reçus

Plusieurs entrepreneurs ont parlé de projets à long terme qui se réalisent plus vite que prévu. Leur entreprise répondant à un besoin, les projets déboulent. C'est le cas de DGE Électrique qui ouvrira bientôt une deuxième place d'affaires à Saint-Alphonse-de-Granby, a annoncé son propriétaire, Denis Gauthier. Celui-ci est récipiendaire du prix Services aux entreprises.

Stéphane Dumont, de SDconcept inc., qui oeuvre dans le secteur manufacturier et vise à améliorer les lignes de production de ses clients, aura sous peu son atelier d'usinage, prévu initialement en 2018 dans son plan d'affaires.

Les gagnants se retrouveront maintenant finalistes pour la finale régionale, le 28 avril, à Vaudreuil-Dorion. Ils pourraient ainsi se classer pour le Gala des grands prix Desjardins, à Québec, le 16 juin.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer