McKenna: le Canada a besoin des emplois du secteur pétrolier

La ministre fédérale de l'Environnement, Catherine McKenna, a affirmé... (Archives Le Droit)

Agrandir

La ministre fédérale de l'Environnement, Catherine McKenna, a affirmé que le Canada devait encore compter sur des emplois du secteur des carburants fossiles malgré son objectif d'une transition vers une économie à faibles émissions de GES.

Archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Giuseppe Valiante
La Presse Canadienne
Montréal

La ministre fédérale de l'Environnement n'a pas voulu dire si le pays pouvait respecter ses engagements en matière de lutte aux changements climatiques tout en donnant le feu vert à de nouveaux projets de pipelines.

Catherine McKenna a affirmé aux médias, mardi, après un discours devant le Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM), que le Canada se devait de décarboniser son économie, ajoutant toutefois que cela prendrait du temps.

Le gouvernement canadien fait face à de plus en plus de pression de la part d'environnementalistes pour expliquer comment il peut augmenter le développement des sables bitumineux de l'Alberta tout en atteignant ses cibles ambitieuses de réduction d'émissions de gaz à effet de serre.

Le Québec et le Canada examinent actuellement le projet d'oléoduc Énergie Est de TransCanada, qui transporterait 1,1 million de barils de pétrole par jour de l'Alberta et de la Saskatchewan jusqu'au Nouveau-Brunswick, en passant par le Québec.

Mme McKenna a affirmé que le Canada devait encore compter sur des emplois du secteur des carburants fossiles malgré son objectif d'une transition vers une économie à faibles émissions de GES.

La ministre a fait valoir que le plus récent budget démontrait que le Canada était sérieux dans son combat contre les changements climatiques.

«Nous avons réalisé beaucoup d'investissements dans les technologies vertes, et c'est la direction que prend notre gouvernement, a dit la ministre. Mais il est clair que nous avons aussi besoin d'emplois.»

L'industrie énergétique du pays anticipe une expansion du secteur des sables bitumineux pour répondre à une demande mondiale croissante.

Objectifs contradictoires

Néanmoins, des recherches sur le climat laissent croire que la plupart des sables bitumineux au Canada devraient rester dans le sol si l'on veut que l'augmentation de la température mondiale demeure en deçà des deux degrés Celsius.

Le Canada a actuellement comme objectif de réduire ses émissions de 30 pour cent par rapport aux niveaux de 2005 d'ici 2030.

«Écoutez, nous devons aussi faire croître notre économie», a dit la ministre, questionnée sur la capacité du Canada de simultanément réduire les émissions et construire des pipelines. «Nous ne pouvons pas du jour au lendemain affirmer qu'il n'y aura pas de développement (dans le secteur pétrolier). Mais nous avançons dans cette direction et je crois que notre budget est très clairement un pas dans cette direction», a-t-elle ajouté.

Mme McKenna a affirmé que son gouvernement promettait 5 milliards $ sur cinq ans pour construire des «infrastructures vertes» à travers le pays, telles que les installations de traitement des eaux usées.

La ministre a aussi fait valoir que le plus récent budget fédéral incluait 1 milliard $ sur quatre ans pour des investissements dans les technologies vertes.

«Nous allons être dans une période de transition, mais nous avançons dans cette direction», a poursuivi Mme McKenna.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer