«Un électrochoc», dit Pierre Breton

«En campagne électorale, les citoyens m'ont demandé deux... (Marie-Ève Martel, La Voix de l'Est)

Agrandir

«En campagne électorale, les citoyens m'ont demandé deux choses: qu'on aide les familles et qu'on stimule l'économie. Je pense qu'on a livré la marchandise», affirme le député de Shefford, Pierre Breton.

Marie-Ève Martel, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est

(Ottawa) Le député de Shefford, Pierre Breton, qualifie de véritable «électrochoc» les mesures budgétaires annoncées mardi par son collègue des Finances, Bill Morneau.

«C'est avec un grand sourire que j'accueille ce budget-là, a déclaré d'emblée le député libéral. En campagne électorale, les citoyens m'ont demandé deux choses: qu'on aide les familles et qu'on stimule l'économie. Je pense qu'on a livré la marchandise.»

Le député soutient que les investissements annoncés par Ottawa mardi auront des répercussions importantes dans la circonscription de Shefford. «On a fait le calcul rapide. Si on va chercher notre juste part, ce sont près de 35 millions$ qu'on réinjecte dans la région, toutes mesures confondues», avance M. Breton, pour qui les annonces de mardi font écho aux demandes formulées lors des consultations prébudgétaires de janvier. Granby avait été choisie comme l'une des 20 villes canadiennes visitées par l'équipe du ministre Morneau pour connaître les préoccupations des Canadiens et Canadiennes.

Malgré un déficit trois fois plus élevé que prévu, le politicien est convaincu que le gouvernement fait le pari de la croissance en investissant massivement dans l'économie canadienne. Le Canada fait preuve d'un grand leadership pour croître et devenir plus prospère, dit-il. «On investit dans l'avenir parce qu'on y croit. Il faut donner cet air frais là. L'important, c'est de contrôler le ratio dette et PIB. On s'est engagés à le faire et on reviendra à l'équilibre d'ici la fin de notre mandat de quatre ans.»

Soutenir les familles, les aînés et la jeunesse

La nouvelle allocation canadienne pour enfants (ACE), par exemple, pourrait toucher jusqu'à 90% des familles de la circonscription. «Avec 533$ par mois par enfant de plus, non imposables, on est peut-être en train de sortir une mère ou un père monoparental d'une situation de pauvreté», illustre M. Breton, qui estime à 2500$ l'impact moyen de la mesure sur le budget d'une famille.

Les réductions d'impôt annoncées plus tôt cette année pourraient pour leur part laisser de 700$ à 1400$ de plus dans les poches des contribuables de la région, selon leurs revenus.

Les aînés ne sont pas en reste puisqu'en augmentant de 10% le supplément de revenu garanti, environ 5000 personnes âgées vivant seules bénéficieront d'une hausse moyenne de 947$ par année. «On croit aux bâtisseurs de la société [actuelle], qui ont droit à une retraite pleine et entière, explique l'élu. Pour certaines de ces personnes plus vulnérables, près de 100$ de plus par mois, c'est énorme.»

Enfin, puisque les budgets pour les emplois d'été pour étudiants ont été doublés, M. Breton est confiant de pouvoir annoncer sous peu une offre bonifiée pour la jeunesse de la région. «Au cours des dernières années, la moyenne était de 80 emplois par année, calcule-t-il. Avec la bonification du programme, c'est près d'un demi-million$ qu'on aura à investir pour les emplois d'été. Avec ça, on va donner une chance aux jeunes de trouver une expérience qui concorde avec leurs intérêts et leurs compétences.»

Entre autres mesures, M. Breton se dit particulièrement fier des 112 millions$ qui seront investis dans la lutte contre l'itinérance, dont 30 millions$ au Québec, du réinvestissement dans les arts et la culture, à Radio-Canada notamment, de l'argent promis en recherche et développement et des sommes qui seront dédiées à la condition féminine et aux peuples autochtones. «La beauté de notre pays, c'est sa diversité extraordinaire, souligne-t-il. On doit s'occuper de tout le monde, et je pense que c'est ce qu'on a réussi à faire avec ce budget.»

Infrastructures

Puisqu'Ottawa prévoit d'importants investissements dans les infrastructures au cours des prochaines années, que ce soit dans le transport en commun ou dans les infrastructures vertes ou sociales, M. Breton est d'avis que plusieurs projets de la région pourraient en bénéficier.

Le député n'a toutefois pu s'avancer sur lesquels seraient susceptibles de se voir octroyer une enveloppe. On pense notamment au projet de centre aquatique de la Ville de Granby, auquel il a travaillé du temps où il était conseiller municipal. «Mon rôle, c'est celui de facilitateur entre ceux qui font les demandes et ceux qui octroient les subventions», explique-t-il.

«Mais on peut penser qu'il y a des projets qui sont prêts», ajoute-t-il, le regard complice.

Granby, terre d'accueil

Le ministre Morneau a par ailleurs annoncé que le Canada ouvrirait ses frontières à 10 000 réfugiés syriens de plus que son engagement initial de 25 000 immigrants. M. Breton ne croit pas saugrenue l'idée que Granby puisse être à nouveau sollicitée pour accueillir ces arrivants.

«Granby est perçue comme une référence en la matière, a-t-il affirmé. Avec son expertise, le SERY (Solidarité ethnique régionale de la Yamaska) est non seulement un modèle en accueil et en intégration, mais aussi en rétention; les immigrants demeurent dans la région. Je souhaite vraiment que nous puissions accueillir davantage de réfugiés.»

Le député libéral de Brome-Missisquoi, Denis Paradis... (Archives La Voix de l'Est) - image 2.0

Agrandir

Le député libéral de Brome-Missisquoi, Denis Paradis

Archives La Voix de l'Est

Denis Paradis jubile

Le député libéral de Brome-Missisquoi a eu l'agréable surprise de voir un des engagements politiques qui lui tenaient le plus à coeur se concrétiser mardi.

Une mesure prévue au budget alloue en effet 19,5 millions de dollars sur cinq ans pour permettre au Canada de financer l'étude, conjointement avec les États-Unis, des enjeux environnementaux entourant quatre bassins chevauchant la frontière canada-américaine. Du lot, on retrouve le lac Champlain et la rivière Richelieu, qui coulent dans Brome-Missisquoi.

«Quand j'ai lu ça, je jubilais, a confié Denis Paradis à La Voix de l'Est. Je dis toujours que je suis revenu en politique pour le lac Champlain et le lac Memphrémagog. D'en voir un des deux écrit noir sur blanc dans le budget, c'est comme si c'était le nom de ma circonscription qui y était écrit!»

Comme son voisin de la circonscription de Shefford, M. Paradis s'estime satisfait du budget présenté par son gouvernement. Il est également confiant de pouvoir aider certains projets d'infrastructures régionaux à obtenir une enveloppe d'Ottawa. «Il faut savoir manoeuvrer pour aller chercher l'argent, dit-il, mais c'est faisable.»

Partager

À lire aussi

  • Budget fédéral: une bouffée d'oxygène

    Actualités

    Budget fédéral: une bouffée d'oxygène

    Le budget inaugural du gouvernement de Justin Trudeau amène une réelle bouffée d'oxygène. Il présente des changements radicaux à plusieurs égards si... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer