Rendez-vous croissance PME à Granby

Luc Ménard, Frédérick Côté et Éric Tétrault ont... (photo Janick Marois)

Agrandir

Luc Ménard, Frédérick Côté et Éric Tétrault ont offert des présentations dans le cadre du Rendez-vous croissance PME, jeudi soir, au Centre Desjardins Entreprises du Haut-Richelieu-Yamaska.

photo Janick Marois

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jérôme Roy
La Voix de l'Est

(Granby) À l'heure de l'ouverture des marchés mondiaux, comment doivent se comporter les PME d'ici pour réussir? Comment peuvent-elles gérer une expansion, une modernisation, une fusion ou un transfert? Avec quels outils financiers? Autant de questions qui ont été abordées lors du Rendez-vous croissance PME, qui se tenait jeudi en début de soirée au Centre Desjardins Entreprises du Haut-Richelieu-Yamaska.

L'événement - qui se voulait également une occasion de réseautage - a réuni environ 45 personnes issues du milieu des affaires. Pendant un peu plus d'une heure, ils ont eu droit à trois présentations concernant les PME.

Un entrepreneur d'ici, Frédérick Côté, a raconté comment il a vécu la croissance de son entreprise basée à Roxton Pond: Groupe Deslandes Fortin. Au cours de son témoignage, il a expliqué comment il est passé de ses débuts modestes à PDG d'une entreprise spécialisée en environnement pouvant compter sur deux sites de traitement des boues de fosses septiques et une équipe de 80 employés. Estimant que les entrepreneurs sont parfois isolés, M. Côté était fier de pouvoir partager son expérience.

«Je trouve ça très flatteur d'avoir été invité par les Caisses Desjardins, de pouvoir participer à cet événement-là et de pouvoir raconter mon cheminement d'affaires», a-t-il confié, quelques minutes avant sa présentation.

L'homme d'affaires a bénéficié d'un partenariat avec Desjardins à deux reprises: une fois en 2013 lorsqu'était venu le temps d'acheter les parts d'autres actionnaires; et une autre fois en 2015 afin de constituer ce qu'il qualifie de «bas de laine» en vue d'acquisitions.

Selon M. Côté, ces partenariats l'ont aidé à atteindre ses objectifs plus rapidement. «Ç'a peut-être accéléré nos gestes de cinq ans», croit-il.

Dette ou équité?

Le vice-président principal, Investissement de Desjardins Entreprises Capital régional et coopératif, Luc Ménard, était sur place pour présenter les produits offerts aux PME en croissance. Il s'agit plutôt d'outils d'investissement permettant d'éviter les risques associés aux dettes.

«C'est important d'avoir un partenaire en équité, donc qui participe au capital-action de la société, qui va permettre de ne pas trop endetter l'entreprise, plaide M. Ménard. Souvent, les entrepreneurs vont mettre beaucoup d'endettement et s'il arrive une période où c'est plus dur, où il y a moins de clients, où il y a des retards, les entrepreneurs sont pris à la gorge rapidement.»

Estimant répondre à un besoin réel, M. Ménard s'est dit fier de constater que Desjardins Entreprises Capital régional et coopératif dispose de nombreux partenariats avec des entreprises du Québec, dont 12 de la région.

Ouverture sur le monde

Éric Tétrault, président de Manufacturiers exportateurs du Québec (MEQ), a quant à lui traité avec vigueur de la libéralisation des marchés.

Convaincu, il a insisté sur la nécessité pour les entreprises d'ici de miser sur l'innovation afin de bénéficier des ententes commerciales qui, selon lui, permettent aux entreprises «d'aller de l'avant». M. Tétrault, qui a déjà travaillé au cabinet de Jean Charest et qui s'est beaucoup intéressé aux ententes internationales, s'est désolé de la place peu enviable qu'occupe la province en matière de productivité et de recherche et développement.

En racontant l'histoire d'un homme qui avait inventé un pont qui aurait pu être facilement exportable à travers le monde, mais qui préférait garder son innovation pour lui, il a dénoncé le manque d'ambition dont souffrent plusieurs Québécois.

«On est les meilleurs pour inventer des bebelles!», a-t-il lancé, avant de remarquer que souvent, les innovations ne traversent pas nos frontières en raison des efforts colossaux que semble représenter la vente à l'international.

Fait à noter, Granby était la première ville où la forme actuelle de la présentation était offerte par l'institution financière. Desjardins entend se promener partout au Québec afin d'organiser d'autres activités de ce type.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer