La Bourse de Toronto cède 2 %

À la Bourse des matières premières de New... (Archives Associated Press)

Agrandir

À la Bourse des matières premières de New York, le cours du pétrole brut a effacé 1,75 $ US à 27,94 $ US le baril, une chute de près de six pour cent.

Archives Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Toronto

La Bourse de Toronto a rendu mardi deux pour cent de sa valeur, tirée vers le bas par les déclins de la plupart de ses secteurs, ainsi que par la chute du prix du pétrole brut, qui a reculé à des creux inégalés depuis plus d'une décennie.

L'indice composé S&P/TSX a échappé 252,75 points pour clôturer à 12 282,65 points, ce qui constituait sa troisième séance consécutive de pertes. Les déclins les plus importants ont été observés dans les groupes de l'énergie, des mines et des métaux, de l'énergie et de la finance.

À la Bourse des matières premières de New York, le cours du pétrole brut a effacé 1,75 $ US à 27,94 $ US le baril, une chute de près de six pour cent.

Le cours du pétrole n'avait pas reculé à ce niveau depuis septembre 2003.

Cette baisse survient après que l'Agence internationale de l'énergie eut indiqué que le cours du brut continuerait d'être soumis à une certaine pression cette année, puisque l'offre continue de surpasser la demande. Le prix du pétrole a plongé de plus de 70 pour cent depuis la mi-2014.

«Il y a tout simplement une trop grande offre, trop de joueurs dans le secteur de la production de pétrole», a observé Kash Pashootan, gestionnaire de portefeuille pour First Avenue Advisory.

«Nous ne devrions pas être surpris de voir le pétrole continuer à reculer d'ici à ce que nous voyions l'offre s'éroder ou décliner - et cela ne s'est pas encore produit.»

La question de la trop grande offre ne sera vraisemblablement pas réglée tant qu'il n'y aura pas de fermeture dans l'Ouest, où la production du brut est plus coûteuses qu'en Arabie saoudite, a estimé M. Pashootan, ajoutant que même lorsque le prix de stabilisera, les investisseurs devraient hésiter à placer leur argent à long terme dans les pétrolières.

«Nous avons eu de très bonnes années dans l'industrie pétrolière. Plusieurs des sociétés pétrolières ont de solides bilans, beaucoup d'argent et plusieurs avaient des programmes de couverture en place. Elles étaient bien positionnées pour s'attaquer à cet environnement», a-t-il affirmé.

«Le problème, c'est que personne n'avait prévu que le déclin serait, d'une part, si prononcé, et d'autre part, qu'il durerait aussi longtemps.»

Le dollar canadien s'est pour sa part apprécié de 0,28 cent US à 72,05 cents US.

Sur Wall Street, la moyenne Dow Jones des valeurs industrielles a perdu 12,67 points à 16 014,38 points, tandis que l'indice élargi S&P 500 a rendu 1,23 point à 1852,21 points et que l'indice composé du Nasdaq a cédé 14,99 points à 4268,76 points.

Le cours du lingot d'or a avancé de 70 cents US à 1198,60 $ US l'once à New York.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer